D'ici Dance

AUTODAFE

Des nuits

entières

il

 

s'enfermait

 

dans

son

 

atelier

 

pour

sculpter

le

 

tronc

 

d'

arbre

 

 

longuement

il

le

palpait

regardait

auscultait

 

s'i

ma

gi

nant

 

la

fée

de

la

 

forêt

 

dont

parlaient

tout

 

bas

 

les

 

Anciens

 

 

cet

être

si

 

existant

 

tellement

 

inexistant

 

il

devait

le

mettre

au

 

monde

 

lui

 

 

 

lui

taillant

dans

le

 

vif

 

clair

du

si

len

ce

 

des

 

bougies

 

 

totalement

concentré

 

lui

chargé

de

donner

 

 

 

naissance   !!!

 

 

 

 

mais

sa

compagne

 

en

son

lit

 

désert

 

se

 

lamentait

 

 

pourquoi

donc

me

 

délaisse-t-il

pour

cette

 

iréelle

 

sans

doute

l'

offrira-t-il

au

 

village

 

au

lieu

d'offrir

mon

 

 

image

 

 

mon

image

à

 

moi

 

 

tellement

plus

 

vivante

 

que

cette

infâme

de

 

bois

 

 

 

je

manque

de

 

sève

 

et

pourquoi

me

 

sacrifie-t-il

 

à

cette

 

oeuvre

 

qui

doit

me

 

survivre ???

 

 

 

c'est

bien

le

dernier

des

 

hommes

 

ce

fou

si

 

obstiné

 

 

si

le peuple

le

 

lapide

 

à

cause

de

l'

 

idole

 

 

je

lancerai

la

première

 

pierre

 

et

je

viserai

cet

 

oeil

 

qui

ne

sait

pas

me

 

voir

 

 

 

il

érige

une

 

déesse

 

et

ne

m'honore

pas

 

moi

 

si

réelle

si

 

charnelle !!!

 

 

 

 

 

 

 

mais

lui

dans

les

coulisses

du

 

Temps

 

n'

entend

 

rien

 

 

 

d'une

main

que

guide

le

 

Sens

 

lui-même

 

il

effleure

et

 

caresse

 

et

 

 

taille

 

 

et

découvre

la

forme

 

vertigineuse

 

qui

l'

attendait

 

 

pourquoi

s'interrogerait-il ?

 

 

l'

image

plus

 

vraie

 

que

les

fragiles

artifices

du

 

hasard

 

 

surgit

de

ses

 

mains

 

 

pour

qu'

il

la

 

dédie

 

à

tous

à

toutes

 

 

et

même

à

celle

qui

dans

sa

chambre

 

 

vide

 

 

le

 

maudit !!!

 

 

 

vois

comme

la

 

fée

 

frémit

frissonnee

pal

pi

te !!!

 

 

 

la

croirait-on

d'

une

 

main

 

humaine

 

créée

 

 

 

à

qui

porte

le

 

parchemin

 

 

quelle

que

soit

sa

course

et

le

 

péril

 

et

le

 

tourment

 

 

on

ne

saurait

 

attribuer

 

le

 

message !!!

 

 

c'est

déjà

suffisant

 

honneur

 

de

se

le

voir

 

 

confier

 

 

 

mais

la

 

délaissée

 

de

cette

 

oreille

 

ne

l'entend

 

pas

 

 

 

elle

crie

gémit

supplie

 

 

insulte

l'

 

Artiste

 

 

nie

la

perfection

de

la

 

nouvelle

 

 

beauté

 

qu'

elle

 

ja

lou

 

se  !!!

 

 

 

 

et

lorsqu'

épuisé

l'

 

Artiste

 

vient

 

s'endormir

 

 

elle

se

lève

 

secrètement

 

s'

approche

à

pas

de

 

louve

 

et

vers

 

l'

innocent

corps

de

la

 

rivale

maudite

 

qui

respire

doucement

 

 

sans

crainte

ni

 

remords

 

elle

porte

la

 

 

torche !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

Dominique    Gabriel        NOURRY 



22/11/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres