D'ici Dance

AUX CONFINS DE LA BOHEME

Aux

confins

de

la

 

bohème

 

dans

ces

 

quartiers

 

si

mal

 

famés

 

se

 

confinaient

 

tes

 

Amours

 

toujours

tu

 

rencontrais

 

des

étrangères

 

qui

semblaient

de

la

 

terre

entière

 

abandonnées

 

 

dans

les

 

bars

 

les

 

petits

restaus

 

dans

la

rue

 

même

 

tu

leur

parlais

 

dans

une

 

langue

 

que

tu

 

ignorais

 

et

peu

importe

ce

que

vous

vous

 

disiez

 

vous

vous

compreniez

 

au

quart

de

 

tour

 

 

plus

que

tout

tu

 

désirais

 

leur

saveur

 

et le jeu des sourires dans le rire

des

 

miroirs

 

elles

te

disaient

 

comme

elles

 

pouvaient

 

d'autres

soleils

et

 

d'autres

sources

 

et

d'autres

 

hommes

 

et

tu

les

prenais

comme

 

ça

 

avec

leurs

 

souvenirs

 

qui

de

ve

naient

 

un

peu

 

les tiens

 

 

étrangères

étrangères

bien

plus

que

celles

 

d'

 

Aragon

 

tu

n'étais

pas

leur

petit

 

enfant

 

mais

leur

 

Amant

 

quand

elles

le

voulaient

 

bien

 

 

 

que

tu

 

aimais

 

t'étonner

de

 

gestes

inattendus

 

ou

 

d'expressions

nouvelles

 

 

lorsque

tu

étais

seul

 

quelques

jours

 

tu

lisais

des

 

poèmes

 

de

leur

 

pays

 

que

souvent

elles

 

ignoraient

 

 

 

tu

aurais

 

voulu

 

tout

savoir

 

d'elle

 

tous

les

 

silences

 

bien

 

au-dessous

 

du

grain

de

la

 

peau

 

 

tu

aurais

 

souvent

 

voulu

 

les

garder

près

de

 

toi

 

 

 

mais

les

 

étrangères

 

souvent

 

ça

passe

 

te

laisse

dans

ton

 

impasse

 

 

 

les

étrangères

ont

le

mal

d'un

 

pays

 

qui

n'existe

déjà

 

plus

 

 

mais

elles

repartent

 

confiantes

 

vers

ce

vide

 

nulle part

 

et

te

laissent

 

toi

 

avec

le

mal

 

d'elles

 

 

que

ni

 

l'alcool

ni

les

 

poèmes

 

écrits

 

des

nuits

 

entières

 

ni

les

longues

 

confidences

 

au

bord

du

gouffre

des

 

bars

 

jamais

ne

 

guériront

 

 

car

les

confins

de

la

 

bohème

 

c'est

maintenant

partout

l'on

 

s'aime

 

et

même

au-delà

du

 

réel !!!

 

 

 

 

 

 

Dominique    Gabriel        NOURRY 



03/11/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres