D'ici Dance

CE QUI NE DEVRAIT PAS ETRE ECRIT !!!

Il y aurait surtout cet envahissement perpétuel de l'espace par des paroles, des objets, des corps, le tout reposant dans un ressassement désuet . Nos vies enlacées plient dans la tempête . Y aurait-il encore le temps de découvrir au coin de la prochaine rue la merveille du printemps ? Come é forte il rumore dell'alba . Le temps s'est brutalement figé . Difficile d'en saisir le principe . Un oeil est enclos dans le profond des terres . De sa pupille dilatée, c'est notre soleilqu'il sollicite . Aurons-nous le temps, encore, de découvrir leslisières de l'amour ?

 

Ecrire n'a jamais été moins inutile . C'est cela surtout qu'il faut dire au mois d'infini . L'âme des roses pleut sur la hutte et l'embrase . Redis-moi ton nom, je t'en prie, que jamais je ne l'oublie, que je repose à l'abri de mon ombre qui danse encore sous le soleil . Redis-moi ton nom, ma Reine . Considère combien je suis docile au moindre de tes frissons . Ce n'est plus la fête des fleurs . Lache ces poignées de pétales qu'étouffe ta main dans la danse . Je la hais je me hais je l'aime et elle m'aime . Tout doit être pris à la lettre et même le délicat parfum de celle qui la cueillit de son sein . L'amour ne conçoit pas les ratures . Le désarmer, c'est si simple . Le réel n'a guère besoin de mobiliser ses périlleux artifices . Le moindre souffle aveugle la flamme de notre coeur unique . Ne va pas jouer dans les jardins de la folie . Je te donnerai le ciel . Je te donnerai les quatre forces à ce jour reconnues, et même, si tu veux, celle, plus secrète, qui nous unit . Je voudrais d'un coup de torchon dissiper ces étoiles noires qui de grisent de notre lumière et nous laissent exsangues au bord du vide .

 

Et c'est pourquoi j'adopte le conditionnel du chant pour te rencontrer, toi si proche apparemment, si lointaine pourtant derrière cette vague d'ondes qui trouble l'horizon . est-ce défaut d'amour ou de prière ? Je suis le passager clandestin du Poème . J'invite à l'insurrection lorsque l'on veut m'agenouiller .  Mais je  n'ai pas plus de goût pour certains mutins que pour le capitaine . Je cultive mon lopin de marge loin du chaos du large . Mais qui pourrait d'une telle tempête s'évider ? Mon amour, que le monde, ce soir, est en retard sur son temps !!! Que va-t-il advenir de nous ? Sans le savoir, nous sommes entrés dans le rayon du projecteur . C'est nous que l'on projette en surimpression sur ces grands écrans mutilés qui battent au vent de l'Histoire . Qu'ai-je de mieuxà noter que l'anthologie de nos baisers lorsque tremblent les vitres d'une déflagration si incertaine . The love of the body of man or woman balks account, the body itself balks account .

C'est là le seul scénario possible . Et c'est là notre mémoire . Qu'ils en fassent leur stratégie, les maîtres du monde, s'ils ne veulent pas flamber dans le brasier de leurs statistiques !!!

Mais que veulent-ils d'autre, au fait, que notre mort ? ICI OU LA MAUVAISE HERBE EMBRASSE LA PHOTOGRAPHIE des vivants. Parce que l'on écrit toujours contre ce qui s'inscrit, ici, je pose ma grande main d'homme comme l'ancêtre préhistorique et je fais appel comme il fit appel , lui que menaçaient les sortilèges aux crocs bien tranchants , pour que vous sachiez que j'existais, que je vous assistais . J'étais une lampe sourde au profond de la cour des miracles, au coeur de la débacle, tandis que couraient les chiens et des voix qu'affamaient la nuit .

Nous n'aurons plus le temps de laisser passer le Temps . Je ne quitterai plus la page avant l'apocalypse . Que peut faire d'autre l'homme du chant sinon toujours attester qu'il reste  un corps proclamant jusqu'au coeur du naufrage si cela s'avère nécessaire . AU DETOUR DE LA NUIT DES QUESTIONS BLESSENT COMME DES CAILLOUX . Regardez-les jouer les gendarmes et les voleurs du monde jusque sur la pierre de nos tombes . Regardez-les jacasser, gâvés de bonne conscience jusque dans nos poulaillers . Regardez-les tuer comme ils ont toujours tué, les gais bûcherons de nos charmilles calcinées . Les monstres du passé ont bien tôt ressurgi . Je ne crois pas qu'ils s'en iront de sitôt . Depuis longtemps, ils étaient tapis dans l'âme des hommes et s'apprétaient à bondir .Question de script . Ils attendaient leur heure . L'heure de l'horreur . AU-DELA DE L'HORIZON LE ROUGE EST PLUS ROUGE . Plus un corps ne bouge . Plus un cri n'éclate . Il n'y a plus dans les bunkers que le rire esseulé des psychotiques . Bientôt, quand ils se sentiront seuls, ils nous appelleront, nous, les victimes .

Nous essaierons vainement de bouger nos membres de ténèbres pour embrasser nos assassins . Peine perdue !!!

Le soleil se lèvera très pâle sur l'océan livide .

Et nous n'y serons plus, nous qui nous aimions tant dans l'ardeur de l'été, comme tant d'autres se sont aimés qui, plus jamais, ne se roucheront....

 

 

Dominique    Gabriel        NOURRY



07/06/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres