D'ici Dance

CHANT D' ERRANCE

Je m' éveille

Amour

 

sous un arbre dont je ne saurais voir la cime

 

et

ce

n' est pas encore

 

tout

à

fait

l'

 

Aube

 

le ciel se grise

d' à

peine

 

rosir

 

je m' éveille

 

et

je

 

guette

 

cette calme respiration

ce souffle

d'

 

enfant

 

que

seules

m'

 

ont

 

confié

 

les

Etoiles

 

je suis un Chevalier

m' a-t-on dit

je suis

en

 

quête

 

je ne sais de quoi

de qui

 

de

 

Toi

 

je ne détiens

que

des images

humaines

 

pour que raconter...

 

rien

ne

prouve

d'

 

ailleurs

 

que

tu

ne

sois

 

humaine....

 

il

me suffit

de

dire

 

que je t' aime

 

absolument

 

que

ma Vie

 

-bien peu de chose-

 

t'

appartient

 

 

tu

peux

la

souffler

 

comme une bougie

 

d'

un soupir !!!

 

 

je

te

sais

 

ne t' ayant jamais vue

 

ces

gestes

d'

 

enfant

 

qui me sont si familiers...

 

 

nous

avons

si

 

longtemps

 

cheminé

 

tout

au

bord

des

 

gouffres

 

tous deux

 

silencieux

méprisés

chassés de leur banquet

 

à

coups

de

 

pierres

 

 

et

nous

n'

avons

 

jamais eu pour nous

 

que

l' indomptable

volonté

 

de

la

lutte

 

pour la

 

survie...

 

 

sans

doute

cela

 

laisse-t-il

 

des

lacunes

 

dans

notre

 

générosité

 

 

nous

ne

pansons

pas

 

les menues égratignures

 

dont

s'

effarent

 

les

bambins

 

overdosés d' attentions

 

asphyxiantes

 

 

nous

passons

notre

 

chemin

 

lorsque couinent

 

nos confortables

contemporains

que

 

colonisent

 

leurs

épidermes

 

de

plus

en

 

plus

 

sensibles....

 

réellement

parfois

 

sensiblement

souvent

 

nous

sortond

d'

un

 

bidonville

 

et

 

 

nous n' avons

pas

une

excellente

 

compréhension

 

de

ces

discours

de

 

compassion

 

 

qui

flottent

dans

le

 

vide

 

naissent

du

 

vide

 

tombent

dans

le

 

vide

 

 

nous sommes en Quête

 

de

cet

 

Ultime Intime

 

que

tu

peux

 

appeler

 

Dieu

 

si tu veux....

 

j' y crois

autant

que

 

Toi

 

mais

 

je

me

méfie

des

 

mots

 

les mots sont

des

 

bornes

 

ils

limitent

 

mieux

vaut

ce

 

mime

 

le Poème

 

qui

les

fait

 

valser

 

crée

pour

 

plus de clarté

 

cette

apparente

 

confusion....

 

 

mais

silence

 

ici-même

 

dans

le

 

non

 

même

 

trop de prétention

 

 

pas

de

théologie

 

négative

 

- ouverture

du

 

para

doxe... -

 

 

je dis

je

m'

 

éveille

 

et

je

cherche

 

ton

corps

 

sans

lequel

 

tout

éveil

me

serait

 

impossible !!!

 

 

jamais jamais

sous ma main

 

je

n'

ai

 

jamais

 

éprouvé

 

le

tain

de

ta

 

peau

 

miroir de mon Infinie !!!

 

 

je

vais

me

 

lever

 

je vais marcher

pieds nus

dans

l'

 

herbe

 

mon Indienne

 

comme Toi

 

 

je

vais

aller

 

parler

 

aux fleurs

 

de

la

 

prairie

 

puisque

 

tu

es

 

hors de portée

hors

de

 

portée !!!

 

 

les fleurs

s'

ouvriront

 

aux

papillons

 

 

qui

se

 

téléporteront

 

 

par

la

grâce

 

de

la

sainte

 

poésie

 

dans

le

 

pavillon

 

de

ta

petite

 

oreille

 

qu' affabulent

 

de

larges

 

boucles

 

 

pavillon des délices inter

 

dites

 

tout de même

dites

 

 

je sais

 

qui trop parle il se méfait

 

mais

qui ne parle pas

se

 

défait !!!

 

 

qu' importe parler ?

 

nul-le

ne

saurait

 

entendre

 

précisément !!!

 

 

pas même moi

 

 

ce sont

tu

vois

 

 

des mots d' avant moi

 

des mots

qu'

une

femme

 

du XIXe siècle

 

m' a

légués

 

entassés

 

dans

une

petite

 

bourse

 

de

cuir

 

usé !!!

 

 

malheur aux bourgeois

fainéants

chantres du Travail

 

qui

l'

 

ont

 

ridiculisée !!!

 

malheur

aux

 

bourgoises

 

moralistes obsédées

parce qu' elles

noncent

 

 

qui

lui

ont

fait

 

leur minable leçon !!!

 

 

mais non

ce

ne

serait

 

même

 

plus

 

combattre

 

les

moulins

à

 

vent

 

que

de

croiser

 

le vers

 

contre ces simulacres

 

ce

serait

combattre

 

le vent le vide

 

lui-même

qui

fait

touner

 

leur

langue

 

surtout

avide

de

la

riche

graisse

 

de la renommée !!!!

 

 

je

ne

suis là

 

tout imprégné

des

songes

 

tu

me

 

caressais

 

je

suis

 

 

pour

chercher

des

 

indices

 

de

ton

 

existence

 

de

ta

délicieuse

 

existence

 

dans

les

 

nervures du bois

le mouvement des nuages

 

la rumeur de la mer

dont

on

 

m' exile

 

 

et dire cette merveille

 

que

tu

es

au

 

monde

 

et

que

 

pour moi

 

le

monde

est

 

à

 

Toi

 

 

 

je suis né

au

coeur

de

la

 

nuit

 

 

je suis né

comme

tous

toutes

 

dans l' angoisse

des

 

ténèbres

 

mais

avec

 

cette Promesse

 

de Lumière

 

que

je

 

prte

 

en

mon

 

Nom

 

 

et

que

je

te

 

donne

 

 

 

 

 

 

NOURRY

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



17/08/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres