D'ici Dance

DESNOS, LE VEILLEUR DU PONT-AU-CHANGE,POUR MEMOIRE, ENCORE....

La main très lentement décrit un cercle dans l'espace.

Elle-même semble de nuit toute entière tramée.

Deux très grands yeux que ne sut jamais la lumière rencontrer fixent l'éclosion des pétales dépliés.

 

C'est entre chien et loup l'heure où les pas sur le pavé de la rue Saint-Merry résonnent à peine.

Il fait froid. Des voix étouffées, ponctuées de rire, frôlent les murs.

 

C'est au coin d'une rue que peignit CHIRICO

C'est le piano de DALI où ricane un tyran

c'est le coup de feu

          dont CREVEL résolut

                    ses contradictions

                                        dialectiques

 

et c'est NANTES enfin

                    la forme d'une ville

                               épaissit le Temps

 

je te guide où

je ne saurais aller

 

 

 

c'est une terre de silex du côté de COMPIEGNE

je n'en finis plus de cueillir ces coeurs de pierre

qui  ricochent contre le ciel

                                et se perdent

                                              au  profond des nuages

 

la pupille se dilate

                est-ce d'une terreur

                                      ou d'une vision

 

Miss Mystérieuse

                 c'est dans un cabaret

                                          de MONTMARTRE

                                                           que vous chantiez

 

 

 

La main se referme sur du vide. Il se murmure que l'Armée Rouge approche. Les S.S. deviennent nerveux. Nul ne sait ce qui va se passer.

 

Des astres éclatent comme de vulgaires pétards. Pour qui la nuit s'illumine-t-elle ?

 

J'ai fait de mes mains pour tes seins tout à l'heure aperçus des écrins de clarté

          il faut dans le silence de la chambrée

          renouveler la Merveille

          de ton approche

 

                                        tout sera si beau

                                        si nouveau

                                        dans PARIS libéré

 

je ne cesse

          de te dessiner

                           dans la poussière

 

 

 

                                                              parfois

                                                              sur le visage de ces spectres

                                                              mes camarades

                                                              il me semble voir flotter

                                                              ton baiser

 

je suis moins seul lorsque je sais que tu m'attends

tu es tout le PRESENT de ma Vie

                                                  ma Grâce

 

 

 

les mains retombent sur la poitrine

le souffle rauque ll'homme dévisage

l' Inconnue qui s'est approchée

 

 

 

des cheveux noirs ont ruisselé sur un visage gris

abandonné.

 

 

 

 

 

Dominique    Gabriel        NOURRY

       

 



25/01/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres