D'ici Dance

FRACAS DU POEME

PREAMBULE

 

Selon

la

 

Kabbale

Juive

 

dans

d'

 

opaques

écorces

 

gisent

 

les

é

tin

 

celles

 

de

pure

 

Lumière

 

qu'

il

faut

 

délivrer

 

 

voilà

pour

le

 

Voleur

de

 

Feu

 

les

Princesses

à

 

ranimer !!!

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE I

 

en 1989

en

 

Bretagne

 

explosa

la

 

maison

de

mon

 

enfance

 

tuant

sur

le

 

coup

 

la

Femme

qui

m'

 

avait

 

tant bien que mal

 

élevé

 

 

plus

rien

 

débris

boue

 

secrets perdus !!!

 

 

 

 

 

CHAPITRE II

 

quelque temps

après

 

mes

Amis

du

 

Club des Poètes

 

organisèrent

un

 

concours

 

 

 

j' y

participai

sans

dévoiler

ma

véritable

 

identité

 

( si tant est

que

j'

en

ai

 

une

 

derrière ce masque !!! )

 

 

je

m'

accordais

 

le

nom

de

ma

 

grand-mère

 

assassinée

par

la

 

Fatalité :

 

 

DENIEUL

 

et

le

 

prénom

de

 

Marie-Hélène

 

sans

très

claire

 

raison

 

 

 

 

 

 

ces Poèmes

négligeaient

l'

 

ancienne

facture

de

mes

 

Embellies

 

 

ils

puisaient

dans

le

 

Passé

 

puisque

 

mi

maient

 

le

sonnet

 

forme

classique

par

 

excellence

 

de

la

 

Renaissance

 

et

renouvelé

par

 

BAUDELAIRE

 

 

 

mais

je

n'

 

embrassais

 

cette

confortable

forme

 

semblable

à

l'

 

Aïeule

perdue

 

 

que

pour

 

mieux

 

l'

 

exploser

 

reprenant

ainsi

le

 

verdict

et

la

 

maîtrise

 

du

 

malheur

 

 

 

mais

plus

 

encore

 

pour

affirmer

que

de

toute

 

brisure

 

du Coeur

ou

du

 

mot

 

 

peut

naître

une

 

in

fi

ni

 

 

de sens nouveaux

 

la Vie

ressurgit

à

l'

 

In

fi

 

ni

 

du

terreau

de

la

 

mort

 

elle-même

 

et

c'

est

une

belle

 

tâche

 

de

l'

accompagner

dans

ce

 

sur

gi

 

 

 

 

 

du noir absolu

vois-

tu

 

 

mille fleurs blanches

fluorescentes

 

é

clo

sent

 

tout

se

sexe

et

se

 

reproduit

 

différent/indifférent

 

tout

se

re

crée

 

s'

invente

 

s'

imagine

 

 

et

peu

importe

si

je

me

 

perds

 

si

tu

t'

y

perds

 

nous nous y retrouvons

 

encore

mieux

 

dans

nos

éclats

de

 

vers

 

dans

la

multiplicité

des

 

sens

 

virtuels

 

dans

la

 

Lettre

 

comme

dans

l'

 

Etre

 

au-delà

de

nos

 

illusions

 

sans

A

 

 

 

 

 

venir.....venir....venir....

 

 

 

 

 

 

 

Dominique        Gabriel                  NOURRY

 

 



17/02/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres