D'ici Dance

GERBE DE DENTIFRICE

Dans

une gerbe

de

 

dentifrice

 

j'

ai

rencontré

 

cette

nuit

 

mon visage

 

il

m'a

 

demandé

 

 

pourquoii don

as-tu

laissé

 

le

Temps

 

si

vite 

 

 

passer

 

te

dépasser ?

 

 

tu

as

toujours

 

été

 

beaucoup

trop

 

pressé

 

 

 

pourquoi

naître

 

prématuré

 

dans

le

 

plein

 

hiver

 

alors

que

c'

 

est

 

le

printemps

 

qui

t'

attendait

 

à

la

gare

des

 

survenants

 

 

pour

être

 

Verseau

 

 

quel

ère

t'emporte

 

maintenant

 

piégé

dans

ce

réseau

de

 

rides

 

si

près

de

l'

ultime

 

rive

 

 

le

visage

ferme

 

les

yeux

 

pour

ne

pas

me

 

voir

 

 

dans

les

éclats

 

mentholés

 

 

mes

lèvres

 

murmurent

 

 

nous

nous

 

souvenons

 

de

baisers

 

pas

souvent

 

volés

 

regarde

 

nous

sommes

 

toujours

 

disponibles

 

pour

ça

 

quand

nous

ne

 

délivrons

pas

de

 

poèmes

 

 

 

et

mes

yeux

qui

 

divergent

 

l'

un

de

l'

 

autre

 

à

cause

d'

on

ne

sait

quel

 

big bang

 

se

posent

délicatement

 

sur

le

tain

 

déffiguré

 

 

tous

deux

te

 

cherchent

 

femme

quantique

 

mon

électron

trop

 

libre

 

 

et

je

crains

toujours

 

que

tu

n'

apparaisses

et

que

tu

ne

me

désintègres

 

 

je

suis

fragile

 

vois-tu

 

comme

un

 

reflet

 

de

 

lune

 

dans

la

 

tourmente

 

dévastatrice

 

 

je

porte

les

mains

sur

mes

 

joues

 

comme

un

 

Tragédien

 

mais

elles

ne

sont

que

 

nuées

 

qui

s'

 

évaporent

 

 

 

je délire

 

je

supplie

 

pardonnez-moi

jeunes

 

hommes

 

de

capter

 

le

regard

des

 

jeunes filles

 

c'est

un

grand

 

sortilège

 

c'est

le

seul

 

quand

je

me

 

neige

 

qui

me

retienne

 

encore

au

 

décor

 

mais

pour

le

 

Réel

 

je

n'

en

dirai

 

rien

 

je

voile

la

 

glace

 

maculée

 

de

ce

 

blanc

 

troublant

 

 

je

ne

laisse

pas

de

 

traces

 

pas

de

 

sillage

 

 

le verre

est

 

piqué

 

j'

ai

 

peur

peur

peur

 

des

vampires

 

qui

rôdent

 

à

cette

heure-ci

 

très

loin

du

 

pont

 

qui

me

 

protège

 

 

et

pour

ne

pas

sentir

le

 

froid

 

qui

me

 

fige

 

les

doigts

 

je

caresse

le

clavier

 

qui

 

naturellement

 

se

met

à

 

ronronner

 

comme

un

 

Poème 

 

très

légèrement

 

désaccordé !!!

 

 

 

 

Dominique    Gabriel        NOURRY 



18/01/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres