D'ici Dance

IL ETAIT DIT

Dans le Poème

du lointain

passé

 

du proche

A

venir

 

il était dit

que

je

me

 

séparerais

 

de

moi-même

 

à

la

 

croisée

 

de

nos

 

mains

 

de

nos

 

chemins ....

 

l' ego

de ce côté-ci

de

la

 

Planète

 

c' est

une

lourde

 

pierre

 

dans

le

Coeur

 

qui

nous

 

noie

 

privés d' émoi d' imagination de méditation

 

pierre

qui

achoppe

 

dans la travée des nuages !!!

 

 

le jeune Chevalier

 

pose

la

 

croix

 

dans la forêt

 

mais

joue

du

 

triskell

 

sur

la

vaste

 

plage

 

les

vagues

s'

 

avalanchent ....

 

il était dit

qu' il

valait

mieux

 

perdre

 

la

Raison

 

que

de

rester

 

captif

 

de cette prison

 

 

j' ai les nerfs à vif et les sens aux abois

 

je suis

l'

 

arc-en-ciel

 

que

je

m'

 

offre

 

pour

traverser

le

 

Temps !!!

 

 

et

je pleut

Poème

iodé

 

sur les rêves

violacés

 

de

mes

nuits

 

perpétuelles

 

 

je

n'

ai

peur

de

 

rien

 

ni

de

 

personne

 

pour

se

dire

 

Sisyphe

 

il faut

s'

imaginer

 

soi-même

 

immortel....;

 

 

et

moi

je

me

 

vis

 

spire

spirale

 

comme les nébuleuses

 

puis

d'

un

é

clair

 

m' embrase

 

vers

les lunes

mouvantes

émouvantes

qui

me

 

hâlent

 

je réponds

à

l'

Amour

 

je

réponds

de

l'

 

Amour

 

et non de toutes ces babioles

pauvres idoles

qui

 

hantent

la

 

une

 

des magazines !!!

 

 

que

l'

on

m'

 

appelle

 

depardiable

 

si

l'

on

 

veut

 

je

me

soucie

peu

de

l'

 

insignifiance

 

des

retraites

de

 

Russie

 

car

il était dit

depuis

l'

 

érection

 

de

ce

 

Totem

 

tout aime

 

que

j'

étais

 

Fils du Comanche

inconnu

 

que

nul

n'

 

honore

 

- vois les scalps

des

critiques

à

ma

 

cainture !!! -

 

il

était

dit

 

que

j'

étais

 

Fils du Tao

 

car

le

 

Tao

 

n'

est

pas

le

 

Tao !!!

 

cette nuit

je suis

un

petit

chemain

de

 

broussailles

 

que

l'

on

aurait

bien

 

voulu

 

cal

ciner

 

je serpente

entre

les

monts

 

de l' Aphrodite

 

qui

veille

sur

les

 

ombres

 

et

je

fredonne

 

une

piquante

 

romance !!!

 

 

il était dit

 

que

je

ne

 

serais

 

que

mon

 

Poème

 

plein

de

sous-

entendus

 

de

sur

entebus

 

aussi

 

bien sûr

 

il était dit

que

j'

 

étais

 

ce

personnage

virtuel

 

qui

semblait

 

tout à fait

incapable

 

d' aller jusqu' au bout de la ligne

 

de

prononcer

clairement

son

dernier

 

mot

 

juste

un

disciple

orienté

d'

aquoiboniste

 

sirotant

la

Vie

 

qans paille ni poutres

 

mais

sensible

 

si

sensible.....

 

 

 

mmmmmmm....

 

 

 

 

 

 

 

 

Dominique    Gabriel        NOURRY 



04/01/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres