D'ici Dance

L' automne 2012

La nuit

protège

 

l' automne

 

luit

le puits noir

de

ton

 

regard

 

 

la pluie

harcèle

à

l' infini

 

les remparts

 

mais

derrière

nos

rideaux

 

de

lourd

 

velours

 

peut-être

faisons-nous

 

l'

Amour

 

 

ensemble

partageons

le

gâteau

de

 

Lune

 

dans

un

cratère

 

antique

 

buvons

l'

interdit

du

 

vin

 

 

je suis

en

cet âge

 

ou

sont

 

mûrs

 

les

raisons

 

n'

est-ce

pas

 

raison

 

de

me

 

vendanger

 

de

me

 

venger

 

de

ce

danger

 

que

me

 

fait courir

 

ta

jeune beauté

 

 

nul

besoin

de

me

 

jeter

 

au

feu

 

dit

le

 

sarment

 

j'ai

fait

le

serment

 

de

m'

embraser

 

du

dernier

baiser

 

que

m'

 

accorde

 

la

vive

 

Lumière

 

 

 

si

tout

n'

est

qu'

 

illusion

 

que

me

veulent

 

ces lèvres

 

qui

ne

soit

 

prière

 

 

je tendrai

les

bras

 

je serrerai

les

 

poings

 

je

me

ferai

 

muraille

 

pour

préserver

 

les

fleurs

de

ton

 

jardin

 

 

 

tu

m'es

suffisamment

étrangère

 

pour

m' être

 

nécessaire

 

je

ne

lacherai

 

tes

mains

 

que

lorsque

les

 

miennes

 

s'

alanguiront

 

dans

le

 

frisson

 

des

feuilles

 

rousses

 

 

 

douce

nous

avons

 

le temps

 

d'

imaginer

 

d'

inédites

 

harmonies

 

 

toi

la

 

sagesse

 

et

moi

la

 

folie

 

le

nuage

et

la

 

pluie

 

sous

le

 

pacte

 

des

astres

 

 

 

tu viens

vers

moi

 

nimbée

 

de

la

 

source

jaune

 

des

clichés

d'

 

autrefois

 

nous nous

appartenons

depuis

l'

 

initiale

 

du

Temps

 

 

 

malheur

malheur

 

à

qui

dénoue

 

les noeuds

du

 

bois

 

 

le Sacre de l' Automne

 

a

la

 

lueur

 

des

ultimes

 

combats

 

 

plus

question

de

 

fuir

 

les

chemins

d'

hier

 

sont

embroussaillés

 

 

je

suis

l'

arbre

 

puissant

 

dont

les

 

nuages

 

s'

enamourent

 

et

tu

m'

entoures

du

lierre

de

tes

 

caresses

 

 

 

jamais

jamais

 

mo

no

tones

 

et

tout

mon

 

automne

en

 

frissonne

 

 

comme

si

fades

 

fade away

 

les

printemps

 

ignorant

ces

 

fièvres

 

me

semblaient

 

mièvres

 

 

tu

porteras

en

 

toi

 

ces mots enfants

 

qui

balbutient

 

à

la

cime

 

même

 

du

 

Désir

 

en

ce

point

 

précis

 

me

 

découvrira

 

vif

innocent

 

comme

le

point

sur

le

 

i

 

inexorablement

in

can

des

cent

 

l' avenir

 

qui

te

 

sourira

 

dans

 

les

 

entrelacs

 

de

mon

 

Poème ...

 

 

 

 

 

 

Dominique    Gabriel        NOURRY 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



25/09/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres