D'ici Dance

LA PASSE

Juste

à

l'

 

Aube

 

je

m'

éveille

 

dans

ma

coque

de

 

noix

 

Malouine

 

et

j'

ai

 

hâte

 

de

la 

 

mer....

 

 

 

je

me

glisse

 

à

peine

 

vêtu

 

dans

le

 

froid

 

coupant

 

je

me

 

dirige

 

vers

la

 

passe

 

je

faillis

 

disparaître

 

au

tre

fois

 

du moins

je

l'

 

imagine....

 

 

une

brume

 

épaisse

 

ouate

la

 

ville

 

et

je

distingue

 

mal

le

bord

 

du

trottoir

 

elle

ond

u

le

 

la brume

 

comme

la

fumée

 

d'

une

 

cigarette

 

j'

en

désire

 

la

source

 

l'

incandescence

 

des

 

Sens

 

rien

d'

 

hallucinogène

 

mais

il

me

 

semble

 

frôler

 

les

rochers

 

sculptés

 

de

Rhoténeuf

 

un

ogre

tire

les

 

tresses

 

d'

une

 

femme

 

et

des

dragons

 

soufflent

 

le

chaud

puis

le

 

froid

 

de

mes

Désirs

 

illicites

 

tous

mes

 

paysages

 

se

superposent

 

comme

sur

un

vieux

 

négatif....

 

 

arrivé

sur

la

plage

 

je

flaire

 

plus

que

je

ne

vois

l'

 

eau

 

je

me

déshabille

 

et

nu

 

comme

au

premier

 

jour

 

je

me

mêle

 

Ange

 

à

la

vague

 

qui

 

soupire

 

 

elle

est

 

mystérieusement

 

accueillante

 

et

je

nage

 

lentement

 

longuement

 

me

confiant

aux

 

invisibles

 

personnages

de

la

lointaine

 

ARGOL

 

qu'

ils

me

 

soutiennent

et

qu'

 

ils

m'

 

accompagnent

 

dans

la

 

Passe

 

de

l'

 

Espace

et

du

 

Temps ....

 

 

je

vais

le

plus

loin

 

possible

 

dans

le

flot

 

l'

écume

s'

arrime

 

au

coton....

 

 

cette

fois-ci

 

je

sais

que

je

 

reviendrai

 

puisque

 

je

possède

 

Formule

et

 

Lieu ...

 

 

insensiblement

je

m'

 

approche

 

le

souffle

trop

 

court

 

de

la

 

plage

 

 

insensiblement

 

la

brume

 

li

vrée

 

d'

Avalon

 

retrouve

son

 

gîte

 

et

tout

 

s'

éclaircit

 

 

le

Soleil

 

invaincu

 

baise

le

 

sable

 

et

j'

aperçois

 

de

loin

 

d'

étranges

tumulus

 

nains...

 

 

je

n'

ai

plus

 

que

les

 

pieds

 

dans

l'

 

eau

 

je

marche

vers

le

 

jour

 

et

je

 

découvre

 

solides

impassibles

imprévisibles

 

invulnérables

 

les

châteaux

en

 

Espagne

 

que

mes

mains

d'

 

enfant

 

dans

le

tourbillon

d'

 

autrefois

 

ont

patiemment

 

édifiés !!!

 

 

 

 

l'

un

d'

entre

eux

 

c'

est

ce

 

Poème

 

au-delà

de

la

 

Passe

 

que

je

signe

 

 

quand

ton

 

regard

 

lui

re

donne

 

Vie ....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dominique    Gabriel        NOURRY 



03/04/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres