D'ici Dance

LE GRAND 8 DE 68

Il vivait dans une petite ville où il pleuvait souvent . Elle avait été autrefois le centre d'une florissante Culture mais l'avait, apparemment,, oublié .

 

Le quartier où se situait le petit pavillon où il habitait se blotissait dans l'ombre de l'Eglise . Beaucoup des ouvriers et des petits employés qu'il croisait dans la rue étaient croyants, voire dévots .

Pas le grand-père libre-penseur qui l'avait recueilli . Il était "libre-penseur" mais vivait pourtant en bonne intelligence avec ses voisins .

Il avait été tourneur sur métaux à la SNCF .

Son épouse veillait sur lui, sur l'enfant et sur la maison .

 

Ce qui était sacré : le travail effectué avec les mains .

Le bricolage .

Le jardinage .

Le ménage .

La préparation des repas .

 

Ce qui était maudit : ce qui se concertait dans l'esprit .

La lecture .

Le théâtre .

L'Art . .

Il était encore plus inimaginable de mettre les pieds dans un Musée que dans une Eglise .

Cette vie était très terne . Le dimanche, l'adolescent se hasardait dans les rues . Il n'entendait que le bruit de son pas dans l'écho sourd des façades .

 

Les grands-parents votaient pour le Général De Gaulle, Libérateur de la France .

 

L'adolescent, contrairement aux jeunes compagnons de sa rue, allait au Lycée .

Les Enseignants étaient globalement socialistes, ou plus à gauche encore .

L'année du bac 68, au programme de Philo, il y avait "Le Manifeste du Parti Communiste " de Karl Marx .

Les Communistes dominaient la Scène Culturelle mais le personnage principal de cette Fiction n'adhérait pas à leur idéologie qu'il jugeait non seulement erronnée mais aussi dangereuse .

Il éprouvait, en revanche, une certaine tendresse pour les Anarchistes, le Personnalisme d'Emmanuel Mounier, le Pacifisme de Lanza del Vasto et toutes sortes d'extases mystiques .

 

 

Pour des raisons personnelles, qu'il n'y a pas lieu de développer ici, très jeune il s'était senti "appelé" par la Littérature -surtout la Poésie- et le Théâtre . Il s'était ainsi mis en marge de son milieu .

Plus qu'en marge : dans une situation de confrontation .

A 13 ans, il lisait avec délices les Romantiques . Surtout Lamartine et Musset . Et il écrivait, jour et nuit, des Poèmes dans le goût de 1830 .

Dans la pension où on l'avait alors parqué, cela lui valait de solides inimitiés . De la haine même . Des plaisanteries sordides . Des coups .

Vers 1964, à  l'âge de 15 ans, découverte, dans le sillage de Breton et des Surréalistes . Pour toujours déterminante .

Et puis, à la radio -et même à la télévision- l'émission de Jean-Pierre Rosnay : " Le Club des Poètes" . Bonjour Cendrars et bonjour Desnos et bonjour tant d'autres . Bonjour, les Comédiens, si justes et si intenses, vivants, vibrants !!!

Les Poèmes du Maître des Lieux sonnaient beaucoup mieux, que ceux des grosses têtes molles de la Haute Culture vagement entrebâillés et bâillés daans des revues confidentielles .

Il y eut aussi Dominique Tron, jeune Poète Marseillais de l'âge de notre Héros qui autorisait toutes les identifications .

 

" Je me tuerai un soir de septembre

Pourquoi tu n'es pas venu écouter les violons ? "

 

Il y avait même, dans ce Poème, quelques précises Prophéties qui se sont réalisées !!!

 

 

Les autres adolescents du quartier, fils d'ouvriers et d'employés, ne se souciaient pas du tout de Poésie, de Romantisme ou de Surréalisme .

Et presque tout le monde -même les Lycéens ou Etudiants- ignorait les Situationnnistes !!!

Le souci de la majorité de ceux qui vivaient dans ce quartier, à cette époque, était d'obtenir un "emploi" lucratif, de fonder une famille et de profiter des "progrès" que proposait la Société de Consommation naissante .

 

N'y a-t-il eu, alors, derrière les barricades de Mai 68 que des Intellectuels, des Artistes, des Etudiants ?

Non !

Que s'est-il alors passé ?

Il me suffit pour l'imaginer de suivre mon guide, ce personnage imaginaire .

 

 

En 1958, il a 9 ans . Comme tous ses camarades des classes populaires, il allume le vieux poste de radio qui a capté Londres pendant la guerre pour écouter sur Europe 1 la nouvelle émission présentée par Daniel Filipacchi : "Salut les Copains " .

C'est un choc . Un coup de  foudre .

Les adultes sont soufflés, irrités .

Les Notables de la Culture ne voient que Commerce, abêtissement et ironisent sur l'indigence des chansons "yéyé" .

Pourtant, il n'est pas difficile de percevoir dans l'accoutrement des Musiciens, leurs déhanchements sexuels, la cassse qu'ils provoquent et certains titres l'amorce d'une nouvelle suversion teintée de dérision, voire d'une -plus ou moins- "douce violence "

 

Et ce n'est qu'un début !!!

En 1965, le "yéyé" folk Hugues Aufray chante Dylan .

Le -déjà- vieux Rock se subvertit lui-même et subvertit l'Occident !!!

Dans le même mouvement, "Salut les copains" diffuse régulièrement " Like a Rolling Stone" .

C'est de la Poésie !!! et dela meilleure !!! Les jeunes Français ne compennent pas tout, mais ils comprennent à demi-mots et s'enthousiasment !!!

Evidemment, Dylan est proche des grands Poètes de la Beat Generation ( ginsberg, Ferlinghetti, Kerouac, Corso, Kauffman ) que tout le monde ignore ici . Mais qu'importe ? Le message passe !!!

 

De jeunes Artistes s'engouffrent dans la brèche .

En 1964, Antoine chante ses célèbres "Elucubrations" qui réclament, notamment, la vente libre de la pilule . Il s'interroge dans le même disque sur le commerce prospère des marchands d'armes .

En 1966, Michel Polnareff parle ouvertement de sexe aux adolescents ( "L'amour avec toi") et en 1967 s'en prend aux homophobes ( Ta-Ta-Ta-Ta)

Le mouvement "beatnick" emporte tout sur son passage et livre aux routes de nombreux jeunes gens !!!

 

Sentencieux, le doctrinaire aux grosses lunettes me déclare que le Satanique Capitalisme "récupère" tout, même la juste colère des Jeunes !!!

Et moi, je ne crois pas à ses analyses . Je crois que le Libéralisme -que je souhaiterais un peu plus Libertaire !!! - secrète dans une certaine mesure ses contre-poisons et qu'il serait bien dommage de ne pas profiter du "Cheval de Troie" qu'il propose pour rendre le Monde meilleur .

 

Les chanteurs "commerciaux" issus de la mouvance beatnick -auxquels il faut ajouter l'humour de Lanzman mis en voix par Dutronc- sont, plus que les Subversifs aujourd'hui reconnus, à l'origine de l'insurrection de 68 qui saura, au coeur même de l'action trouver ses poètes -surréalistes et situs- dont les slogans s'inscrivent très vite sur les murs .

 

Liberté sexuelle . Antiracisme . Lutte contre la pauvreté, la guerre . Hantise de la bombe . Souvenir lancinant de la Shoah mais confiance dans l'Avenir . Dési d'harmonie entre les Peuples . Exaltation de la Poésie, de l'Imagination, d'un perpétuel dialogue entre les Humains, prise en mains par tous des affaires de la cité, limitation du temps de travaail et de l'inutile surconsommation , apologie de la non-violence ;

 

Tout cela a été effectivement "récupéré" et ne pouvait que l'être .

Par les libéraux, sans doute, mais aussi par les Communistes, les Gauchistes, les Anarchistes eux-mêmes, les Professeurs, les Artistes, Les Littérateurs, les Philosophes, les Journalistes....

Mais, indéniablement, quelque temps, la vie a été plus facile pour les plus faibles, ceux qu'autrefois on stigmatisait encore plus qu'aujourd'hui .

 

Et puis, une fois encore la Société du Commerce et de la Technique se met en jeu elle-même : le net est apparu et sur les réseaux sociaux les Murs ont repris la Parole et génèrent d'intenses remous dans le Réel !!!

Sans doute peut-on s'attendre au meilleur et au pire !!!

C'est le Destin de l'Humain, dresser sur ses deux pattes arrière d'explorer, de s'aventurer, d'imaginer, de construire .

Les Clercs des Nomenklaturas qui sentent le Pouvoir leur écapper crient au scaandaale, au populisme, à l'imposture !!!

 

Mais c'est trop tard !!!

 

L'ordinateur comprend aussi une fonction désordinateur et ce n'est pas la moins excitante !!!

 

Nous sommes peut-être, en ce Printemps tumultueux, sur le GRand 8 de 68 !!!

 

De la Sensation, Jeunesse, de la Sensation et dans tous les Sens !!!

 

Prends garde à ceux qui voudraient t'encager dans leurs rides stériles !!!

 

Crée !!!

Invente !!!

Imagine !!!

 

 

Dominique  Gabriel      NOURRY

 

 

 

 Pour compléter cette réflexion, je recommande "Lipstick traces" de Greil MARCUS .

 

 



20/05/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres