D'ici Dance

LE POINT AVEUGLE ( mai 1995 ) Premières lignes...

" Les chants désespérés sont les chants les plus beaux "  ( Alfred de MUSSET )

 

" L' essentiel est invisible "  ( Antoine de SAINT-EXUPERY )

 

 

 

 

 

Elle , cette boule de nuit pure jetée dans la neige du présent  - mais sait-on combien la neige est éphèmère  - elle , sans visage au milieu des grimaces éparses qui se décomposent , elle , sans voix dans l' errance des murmures abstraits .

Elle vit dans l' esquisse d' un geste , dans un essai de sourire , dans la colère même .

Je n' aurais pas voulu mêler mes mots à ses sillages . Les lignes seront certainement trop sûres , trop appuyées , trop définies .

 

 

 

J' ai tout d' abord eu cette peur : la posséder .

D' un rien : d' un regard , d' une phrase , d' un accord .

J' aurais voulu lui laisser sa pulsation propre . Peu d' êtres s' appartiennent autant qu' elle .

C'est l' ineffable "privilège" de la douleur , de la profonde douleur qu' elle n' éprouve pas , qu' elle n' habite pas  -qu' elle est .

 

Mais il est trop tard  . Puisqu' elle se donne , puisqu' on l' a convaincue de se donner , puisque dans l' offrande elle se perd , il faut que j' aie mon mot à dire .

Mon mot à la dire , ça devient devoir . Faute de quoi ne resterait que de l' imaginaire et , moi-même , je ne serais plus qu' image .

Juste un cliché dans sa vie , sur sa table de nuit , froissé -qui sait- dans les draps comme s' il ne s' agissait  que de cela .

 

 

 

 

 

De quoi s' agit-il , au juste ? Je me dois de le dire dans l' agitation , dans le gîte .

Qu' on sache pourtant - et ce sera mon ultime avertissement - qu' elle n' y est pas .

Qu' elle n' y était pas , je l' ai toujours su  . mais il en est qu' angoisse l' absence de cadre du miroir .

Il en est qu' angoisse , sans doute , la liberté qu' elle est . Cette liberté qui nous rendait l' un à l' autre , l' un pour l' autre , qui nous suscitait l' un de l' autre .

Alors , que faire ?

du point aveugle , puisqu' il le faut , dans le risque et l' inquiétude , j' improvise . Bien sûr , je sais combien je suis mal placé pour me poser là .  Pas de profond fauteuil ou de large bureau , pas de raison sociale .

Ca fera du conte et non de l' apparition , ce qui se porte mal , ces temps-ci .

Compte d' auteur ? Pourquoi pas si c' est le prix à payer pour tout dire . De ce qui peut se dire . Car je garde -voyez-vous- la révérence des ombres .

Mais ce n' est pas rien , cette absence que j' annonce et qui fera poids . Du moins , j' en prends la responsabilité . Aux uns la petite musique  ( " ça n' est rien  , ça fera juste un peu mal " ) , aux autres , le grand silence .

Tout gratuit . Rien d' intéressé .

Même pas de l' intérêt .

c'est plus simple : nous en procédons . C' est le procès . Qu' on nous a fait . Qui nous a faits .

Qu' un jour ou l' autre , nous ferons .

 

 

 

 

 

Je n' écris pas ça n' imprte où . n' importe comment , mais sur un carnet , vigoureusement cartonné , que ma fille m' a rapporté d' Allemagne .

Cadeau .

J' oublie souvent les cadeaux .

Qu' est-ce que ça veut dire ça ?

Rien .

 

 

 

 

 

Sur le carnet , pas de lignes . Ca me gêne peut-être ce manque de repère dans le vertical .

Et si je tombais de la page..... Ou si j' y tombais tout entier ...... Si j' y tombais lorqu'il s' agit de nous délivrer ?

 

 

 

 

 

Dominique    Gabriel        NOURR 

 

 

 

 

 



18/12/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres