D'ici Dance

LE PUZZLE

Puisque

tu es

la pièce

centrale

de

mon

puzzle

 

ne disparais pas

 

sinon

c'est toute

la Planète

qui va

s'engloutir

dens un trou

noir

 

ne sais-tu pas que même les astres implosent ,

les Poètes d' Antan

parlaient

des roses

qu'il faut

cueillir

 

mais moi

sans

les trahir

je te dis

 

cueille tes soleils

avant qu'ils ne s'ensommeillent

 

il y a

dans l'Amour

de l' Eveil

 

puisqu'il annule les tentatives humaines

d'abolir un Réel

indéchiffrable

qui

les

entraîne

bon

lui semble

 

ce Réel

il est plus Artiste

que nous

il danse

depuis toujours

entraîne

dans son tourbillon

les galaxies

 

et nous

aussi

 

autant se laisser faire

s'harmoniser au chant des sphères

 

regarde

tout en bas

comme ils sont

minuscules

les Hommes

qui agitent

leur Loi

 

ils ont traduit en pattes de mouche

ce qui est sorti

de la bouche

de

l' Infini

 

d'ici

je n'entends pas vraiment

ce qu'ils disent

 

ils sont si bêtes si vils

si civils civilisés

qu'ils transformeraient

en

vaudeville

féroce

les errances du Cosmos

 

du Sacré de l' Amour

qu'ont-ils compris ?

 

ils produisent et se reproduisent constituent des chaînes et brisent qui veut briser les chaînes mais pas la peine leur haine est vaine

 

il y aura toujours

un idiot

un prophète

un pierrot

pour leur montrer

du doigt

la Lune

 

et si c'est le doigt qu'ils regardent comme toujours

c'est dans l'oeil qu'ils se le prendront

le doigt

 

en attendant

sur la face cachée de Vénus

marchons seuls

 

qu'ils nous contemplent

s'ils veulent

tout de nous

reste

invisible

 

nous

traversons

d'un sourire

d'inimaginables espaces/temps

tandis qu'ils

ratiocinent

 

sur ce fil tendu

entre des horizons défendus

je t'en prie

n'aie pas peur

avance en toute confiance

ne sens-tu pas quelle main te fiance

à des confins sensibles

 

si loin de leurs oiseuses décadences

 

depuis le temps qu'ils sont devenus leurs propres sosies croient-ils qu'ils t'ont saisie

trop légère la libellule

pour ces hiboux

qui

hululent

 

que sont-ils fassent à l'éternité

d'une

passion ?

 

même pas une virgule

un point

qui se voudrait

d'exclamation

mais n'est plus

qu'un point

 

c'est tout

 

 

ne leur parle pas d'interrogation

jamais ils ne s'interrogent

jamais ils ne dérogent

à leur condition

de singes

 

domestiques

patriotiques

symptomatiques

 

et

si peu

érotiques

 

 

 

ils ont eu

pourtant

leur place

dans le puzzle

 

il nous fallait

un décor

des figurants

et même des techniciens

 

pour que nous apparaissions

sous les projecteurs

avec une belle insouciance

 

il n'y a pas de doublure

au théâtre de l' Amour

au manteau de l' Amour

 

 

inutile

alors

de grelotter

 

le Metteur en scène

a longuement mûri

son casting

 

il nous a choisis inutile de dire que nous ne sommes pas prêts qu'il nous manque des cours de diction d'improvisation et tellement de répétitions

 

nous sommes évidemment novices  nous ne partageons rien de leurs vices  et nos Ames sont lisses comme ces galets que polissent les océans  au profond du néant

 

nous n'avons pas appris de rôle  qui désirerait vivre le supplice de Tristan qui but le philtre ?

 

nous sommes embarqués

je crois

que ce qui se joue de nous

dans l'émotion-même

nous

dépasse

 

je me sens lâche moi aussi j'ai envie de déguerpir d'aller faire la sieste sous les pommiers de sentir encore l'odeur de l'herbe en été sans inquiétude

je ne suis absolument

pas fait

pour

ce

rôle

 

un professeur de conservatoire

du genre de ceux qui confondent

Babar avec Gainsbar

s'en écroulerait

de

rire

 

ce qui ferait tinter agréablement son dentier devant les Dames en quête de mélodrame

 

je me sens lâche et j'annonce d'entrée de jeu que je suis un vieux marin capitaine de Poème et qu'il est inadmissible que tes hanches me vacillent en un tel vertige

 

dans les Rois Maudits à la télévision  je n'étais qu'un berger peut-être un peu fripon

pourquoi les reines m'auraient-elles honoré

plus d'un instant

 

je ne suis qu'un manant

 

mais voilà c'est étrange c'est être Ange Gabriel dans le puzzle tu me vas comme un gant  tes courbes épousent naturellement mes rigueurs

et nos deux coeurs

battent

la même

chamade

et nos deux corps

sont

les deux mots

d'une seule

charade

dont le Tout

répond

du

Désir

 

nous ne verrons jamais nous deux le puzzle depuis le ciel puisque nous en sommes parties tellemant prenantes

 

il faut avoir confiance

 

ne maudis pas

ce

qui

nous

 

aimante

 

 

et visite

si tu veux

mon

chant

 

magnétique

 

 

que j'écris dans l'éveil d' un rêve

peut-être

 

admissible

 

parce c'est souvent

de l'inadmis

que

se sublime

 

en Vie

comme en Poésie

 

au milieu d'un

puzzle

inouï

le chemin

 

des

 

lendemains ....

 

 

 

Dominique    Gabriel        NOURRY

 



06/07/2011
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres