D'ici Dance

LE SILLON DE L' HIVER

Ce soir

la mer se rue

contre les quais déchiquetés

dans un hurlement de gésine

et les petits hommes désespérés

s' accrochent à leur ombre

comme à une bouée

 

il y a du flou dans les présences

de l' incertain dans les voix

de la folie dans les regards

la mer corrompt l' horizon

 

je tiens une main

mais ne sais plus laquelle

je murmure les prières vénielles

que l' on m' apprit écolier

dans la fraîcheur des sacristies

et je vois

oh je vois

 

ce que les Hommes jamais ne devraient voir

le reflet porté d' une croix de pierre

sur ma fragile poitrine humaine

et l' invisible anneau

dont à la matière se scelle

l' impossible souffrance

de ceux dont seul erre

au bord des abîmes

le souvenir désolé

 

la plage éclate dans la rafale

comme un météore pulvérisé

des regards errent autour de nos corps

que la nuit a défenestrés

je cherche

la tiédeur d' une lèvre

la sois d' une chevelure

je cherche l' antre doux

qui me donna la chair

 

mais roc et lame et flamme

je me blesse et me tords et me déchire encore

et me tend tout entier appel

vers l' horizon qui m' écartèle

et les flots flexibles disséminent mes jours

dans le long exil de la Vie

 

 

 

 

 

 

 

Dominique    Gabriel        NOURRY 



28/01/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres