D'ici Dance

LES BEAUX REVERS DU DECOR

Au génial brocanteur de " Poèmes en gros et demi-gros "

Au "Drôles" d' Italie qui m'ont autrefois accueilli

 

A tous ces saltimbanques dont je ne sais plus l ' "adresse "

 

 

 

 

Octave soupira . Enfin cet insupportable Drame post-moderne touchait à sa fin !!! Jamais il n'aurait dû accepter l'invitation de son vieil ami Christian devenu prof de Théâtre à la fac !!! Rien, décidément, n'avait changé depuis les hoquets d' Avant-Garde des années 70 !!! On ne pouvait même plus bénéficier de l'effet de surprise !!!

 

C'était toujours le même bidet qui trônait côté jardin !!! Côté cour, toujours la même penderie qui s'étirait comme un mille-pattes proposant aux acteurs un jeu de défroques des années 50 !!!

Dans une perspective Deleuzienne, selon un Critique bien placé qui s'effarouchait des blogs, des tuyaux adoptant toutes les nuances possibles du gris s'enchevêtraient sur la scène !!! Qui veut des rhizomes, des beaux rhizomes frais, nourris naturellement dans de l'authentique Underground ?

 

Les Acteurs étaient de vieux jeunes gens certainement aigris qui titubaient mécaniquement en débitant à grande allure un texte très consciencieusement engagé -il faut rentabiliser les subventions- qui n'apportait rien de nouveau ni au niveau sensible ni au niveau intellectuel .

 

La scène s'éteint .

Se rallume .

Salue .

S'éteint .

Light !!!

Et resalue dans un certain désordre de caniches !!!

 

Quelle poisse !!!

Et puis quoi encore ?

Aller retrouver Christian, se faire présenter, s'exclamer, se faire admettre, connaître, pour se faire un jour reconnaître ?

 

Et puis non !!!

Plutôt continuer à gagner sa vie à faire un job minable dans un bureau ou dans les décombres que de se PROSTITUER !!!

Plutôt apprendre le plus sordide du Réel pour s'autoriser un jour à l'évoquer dans une oeuvre d' Art !!!

 

Rien dans les mains !!!

Rien dans les poches !!!

 

Pas de Maître !!!

Pas de Marionnettiste !!!

 

 

 

Tandis qu'il marche dans les rues qu'attiédit le printemps, il éprouve le besoin de voir un Etre Humain qui se donne en Spectacle et qui se RISQUE !!!

C'est donc tout naturellement qu'il se dirige vers le peep-show voisin dont il a souvent vu clignoter l'enseigne rose, rue Saint-Denis .

 

Lorsqu'il pousse le lourd rideau pourpre qui occulte la porte, il pense, très vite !!!- à ce roman de MANDIARGUES qu'il aime tant : " La Marge " .

Il est déjà entré dans un sex-shop . La profusion des revues et des videos ne l'étonne donc pas . Il note la crue des programmes consacrés aux femmes mûres qui récoltent maintenant les faveurs d'un vaste public avide d'initiations sophistiquées .

 

Les gadgets sont toujours aussi naïfs, branches mortes livides destinées à devenir d'effarantes prothèses !!!

Inventera-t-on un jour une télécommande pour vibromasseur !!! Comme pour la télé !!! il faut à tout prix la crampe fatale !!!

 

Mais pourquoi pas ,

Chacun ses goûts, ses troubles, ses miasmes et ses orgasmes !!!

Les jeux de la braguette seront toujours moins dangereux que ceux des mitraillettes !!!

Qu'elles s'enraient pour toujours les mitraillettes qui criblent de beaux jeunes hommes qui feraient si bien l' Amour !!!

 

S'il se pacifie ainsi intérieurement, c'est pour éviter de se précipiter vers l'une des alvéoles qui s'ouvrira, s'il le veut !!!- grâce à une simple pièce sur la petite scène où se produisent les "modèles" qui se proposent pour le "Salon privé " .

 

Il faut bien pourtant pénétrer le minuscule habitacle, ne pas regarder les kleenex qui débordent de la corbeille, écouter grincer le rideau métallique qui se lève lentement, mater les corps nus, tamisés, puis, le cas échéant, choisir !!!

 

Il choisit ;

Il est venu pour ça .

Pour le plaisir du doute .

De la désintoxication . Un corps ne peut mentir comme un décor .

Pour d'autres plaisirs aussi, peut-être . Qui sait ?

 

Il choisit une brunette aux cheveux mi-longs, aux formes contrastées, apparemment très jeune .

 

Lorsqu'il la rejoint dans le "salon" , elle lui sourit à travers l'épaisse vitre et lui demande son prénom ;

Elle se déshabille lentement, sans trop minauder, sans trop afficher non plus de conscience professionnelle .

 

Octave est assis sur une chaise verte, craquelée .

Il semble être ailleurs, comme sous l'effet d'un stupéfiant .

 

Lorsqu'elle n'a plus qu'une minuscule culotte rouge, elle encourage :

 

" Mets-toi à l'aise ! "

 

Elle sourit . Elle semble inquiète . Ce jeune homme embarassé risque d'être un client délicat qu'il va falloir longuement guider vers l'issue désirée .

 

Il n'a rien prévu . Il s'entend dire qu' il n'a pas du tout envie de se déshabiller, qu'il a envie de l'entendre parler ;

De quoi ,

D'elle !!!

Pour ses cinquante euros, il veut l'entendre parler !!!

 

Elle pourrait se fâcher, considérer que ça, ce n'est pas son travail, qu'elle n'est pas payée pour ce job-là, qu'elle s'appelle Nelly et pas "  S.O.S Amitié " !!!

 

Mais elle le regarde .

Elle le trouve touchant et légèrement ridicule dans ses fringues volontairement débranchées !!!

 

Alors, elle parle .

Elle parle d'elle .

Elle dit qu'elle étudie le Théâtre à Censier, pour la Théorie, dans un cours privé pour la Pratique .

Elle veut à tout prix devenir Comédienne ;

Et elle n'a pas un sou pour payer l'enseignement ;

Alors, elle paie avec ce qu'elle a :

son image

son corps

ses gestes

sa voix ;

Elle paie sans haine, sans ressentiment, elle ne s'érige pas en procureur !!!

 

Et même, elle sourit !!!

 

Il lui explique alors qu'il est dans les mêmes galères qu'elle .

Pas de sous : les derniers viennent de s'envoler !!!

Et des Désirs, des Désirs de Scène, tout le temps !!! Tout le temps !!!

 

Et, pour l'instant, que fait-il ?

A peu près rien !!!

 

Son ami Vincent, qui le sait Poète aussi lui propose régulièrement de venir "causer" sur la scène du Lucernaire le dimanche .

On se demande où ce vieil Anar entre deux verres va chercher son argent !!!

C'est un obstiné, un vrai rebelle qui ne se la joue pas, un malade !!!

 

Le troisième dimanche de l'année, devant le public, Octave a jeté à la fosse -improbable ! - ses gribouillis d'écolier trop Romantique et s'est mis, mine de rien, à improviser !!!

 

C'est tellement bon !!!

Tu sens les gens devant toi qui vibrent !!!

Tu leur parles vraiment, à eux, comme on n'ose parler à personne parce que, malgré tout, tu es un personnage !!!

 

Evidemmment, Nelly sourit .

 

Sur un papier, il griffonne son nom, l'adresse du théâtre -qu'elle doit bien connaître !!!- et la date, l'heure.....

 

 

 

 

Et le jour dit, le premier dimanche de juin, à l'heure dite, elle est là, toute fraîche, en robe bleue légère, en fines sandales, scandaleusement radieuse !!!

 

Il ne sait plus ce qu'il veut .

L'a-t-il jamais su ?

Il se demande s'il ne lui en veut pas d'être venue !!!

 

Pour se donner du courage, il va dans le hall boire la moitié d'une bouteille de mauvais vin et n'entend qu'à travers l'épaisse porte l'amie chanteuse qui le précède dans le spectacle .

Il évite tout regard . Toute conversation .

Lui qui n'a jamais peur, il tremble !!!

 

Il se sent piégé !!!

 

Vincent l'annonce, comme il le fait toujours : Octave est ce cancre qui, ayant perdu le logis de la troupe au Festival d' Avignon, s'est ruiné en fleurs et s'est mis à distribuer des roses à toutes les promeneuses !!!

 

Surgissant du fond de la salle, il court, saute maladroitement sur la scène, titube et reste un instant hébété ;

 

Immobile !!!

 

Et puis, totalement insouciants mais terriblement cohérents, les mots viennent à ses lèvres, s'échappent . Il enfile des grands Meaulnes, des rêves d'adolescence, des histoires de reines infidèles, de marâtres opiniâtres, de moulins qui chuchotent qu'ils se prennent pour des chevaliers et chahutent les lourds laquais mal avisés .

 

Il dit à ces regards dans l'ombre qu'il les aime, qu'il les aime !!!

 

Mais elle, tout devant, le profil éclairé, il ne veut pas la voir !!!

 

D'ailleurs, lorsqu'il scrute enfin, il ne la voit pas !!!

 

 

Et pour cause !!!

Elle n'est plus dans la salle, mais sur la scène, à deux mètres de lui !!!

Elle reprend le récit d'Octave là où il l'a laissé, interloqué, lui apporte la saveur fruitée de sa voix questionne et répond !!!

A présent, ils sont tous deux dans le même cercle magique et ce sont leurs âmes qui slament à l'unisson !!!

 

Le duo les entraîne de plus en plus haut... ils ont envie de se toucher..... mais ne se touchent pas

et se parlent

très fort

comme s'ils se parlaient

tout bas !!!!

 

se parlent avec leur corps

comme on danse

 

la tension monte

et le public retient son souffle

 

Ils sentent tout ce silence qui les accueillent, osent être virtuoses !!!

 

Et quand tout est en suspens, dans un équilibre fragile, sans le moindre salut, ils quittent la scène et s'engloutissent dans les coulisses !!!

 

 

 

La petite loge cramoisie dont le mur s'écaille est vide .

Personne n'est là pour voir la légère

robe bleue

 

tomber !!!

 

 

 

 

 

 

 

Dominique     Gabriel       NOURRY

 



17/06/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres