D'ici Dance

LES COLOMBES

Ton visage qu' apprivoise la nuit

lentement se défait

sous les néons de l' absence

tu sais

que certains mots

sont aujourd' hui

imprononçables

 

habite-les

 

puisqu' ils tissent

déjà

ce corps cadavre

qui t' oubliera

 

mais voici

à l ' aube

je tiens des arbres

et des fleuves

et des pics qui

d' un trait d' ombre

tranchent la plaine

 

telle est ma force

et mon devenir

 

car

le sais-tu

même dans les cimetières

les colombes

 

roucoulent

 

 

 

 

 

 

 

 



10/01/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres