D'ici Dance

LES ETOURNEAUX

A la non-Vierge Marie qui veille sur les Nébuleux

 

Contrastant

avec

les

 

impassibles les impossibles

murailles

 

passé

le quinze août

les Etourneaux

 

complotent

 

l'

Evasion

 

 

juste

avant la nuit

c'

 

est

 

dans

cet

arbre

 

qu' ils

 

s'

agglutinent

 

depuis

toujours

 

et

le

désordre

 

de

leurs

 

discords

 

couvrent

les

 

accords

 

qui

montent

du

 

café

 

comme

les

 

conversations

 

" parfois

nous

avons

de

belles

 

arrière-saisons....

 

je

n'

en

 

doute

 

pas

 

si j' en crois

les

 

Etoiles

 

qui

dansent

dans

mes

 

mains !!!

 

plus belle

sûement

cette

 

arrière-saison

 

que

mes

lamentables

 

printemps !!!

 

 

pourtant

pourtant

 

ce

désir

d'

 

envol !!!

 

transfert

dans

l'

 

espace-temps

 

comme

dans

les

 

romans

 

de

 

Science-Fiction

 

d'

 

antan !!!

 

cette île

que

je

 

vois

 

d' ici

 

n' est-ce pas

 

ma

jeunesse

 

périmée ?

 

suffirait-il

d'

un

coup

d'

 

Elle

 

cette Fée

 

pour

que

je

me

retrouve

 

vingt ans

plus

 

tôt ???

 

 

toujours

est-il

que

 

je déconcerte

 

vieil

oiseau

que

je

 

suis

 

je

déconcerte

 

encore

 

ainsi

que

mes

 

frères Etourneaux !!!

 

ça prouve

tout

de

 

même

 

que

j'

ai

tenu

 

bon !!!

 

que

je

n'

ai

pas

 

perdu

 

la face

 

devant

 

les

miroirs

que

je

me

suis

 

tendus

 

autrefois !!!

 

à d' autres

les

 

mouroirs

 

je veux

dire

 

ceux

du

 

rêve

de

l'

imagination

du

 

Désir !!!

 

 

je me ferai toujours avoir ?

bien entendu !

 

mes vers

ne

valent

 

rien

 

sont

fragiles

comme

du

 

verre !!!

 

très certainement

 

que m' importe

 

je

veux

juste

 

que

s'

y

 

mire

 

une Belle

 

s' y

 

admire !!!

 

je

ne crains

pas

les

 

clichés ?

 

sans doute !

 

qu' importe

l'

 

épreuve

 

pourvu

qu'

 

on

 

ait

 

le

FLASH !!!

 

 

 

mais

le

bec

 

en effervescence

 

de

mes

comparses

 

dans

le

 

feuillage

 

s'

est

 

atténué

 

voici

venir

l'

heure

 

des

 

arrière-soirées

 

Fêtes de Nuit

 

que

ne

saurait

 

néglger

 

l' Amoureux

des

 

vagues

 

comme elles

sans

 

doute

 

roulant

sans trêve

 

le même

 

refrain

 

mais

toujours

susceptible

 

en cas de grain

 

-de folie !!!-

 

de

provoquer

de

beaux

 

naufrages

 

....poétiques !!!

 

 

 

 

 

 

Dominique     Gabriel        NOURRY



25/08/2012
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres