D'ici Dance

PARTIE PRENANTE

 


 

 

 

 

 

 







 

 

 




 

 

 

 

 

 

 

 

 










Le 3e oeil

est

cet appareil

photo

que je porte

dur mon coeur

 

je fixe

le plus intime

de

ce

vendredi soir

 

mille fois

vécu

 

mais que je refuse

de laisser

s' installer

 

familier....

 

si le psychanalyste

pointe

l' inquiétante

étrangeté

 

le Poète

lui

se plaît

à

rendre

 

le délicieux

familier

 

à sa délicieuse

familiarité

 

voici c' est le monde où je vis

où je suis

admis

 

monde qui ne cessera

jamais

de

m' erveiller

 

lors même

que

je l'aurais

délesté

 

pour de plus paisibles

rivages

 

on me reconnaît je souris

les voyous et les prostituées

m' admettent

dans

leur dérive

 

sans bien savoir

qui

je suis

 

passant

tetraité grunge

qui

s'ennuie

 

amoureux

en qu^te

d'une femme

disparue

 

d' un poème

à

refonder

 

d' un puzzle

à

 

reconstituer

 

-toujours

il me manquera

cette pièce ;

mpo-même :

 

à nul

il n'est donner

d'

admirer

 

l'espace

d' un paysage

sans

 

hole

 

je

suis

le

plus

secret

de

mes

 

secrets

 

et

nul

ne

m' autorise

à

m'

interroger ....

 

qu'est-ce que je cherche vraiment là ?

 

la chair ingénuement

offerte

d' une passante ?

 

sans doute !

 

la beauté du geste ?

absolument : nécessairement !

 

la certitude

de ne pas être

 

centre d' intérêt

 

juste

un oeil

qui

 

capte

 

un coeur

qui

 

eime

 

le soir est en suspension

des coplôts

de

 

bonheur

se

 

trament ....

 

 

cette nuit

après le lourdes heures de bureau

ou simplement

le poids de l' ennui

 

chacun jette

à la face

du

 

printemps

 

son

Désir....

 

ou ce qu' il croit

don

désir

 

derrière mon "lumix"

je

suis attentif

 

je

ne me protège

pas

 

comme les imagine

les

doctes

 

qui-savent-tout

 

j' aiguise

au

contaire

 

mo regard

 

je ne délaisse rien

du beau

de l' étrange

du

jubilatoire

 

je clique

comme

l'

on

 

danse

 

et je ne retouche

pas

 

je ne suis pas photographe

les esthètes

 

ne vivent

pas

sur ma

 

planète

 

je me donne

sans

 

préambule

 

sans concession

youjours

sans

 

concession

 

ethnologue

dans la jungle

du

 

vendredi

 

si tu veux

 

mais ethologue Amoureux

 

pris

dans sa propre

grille

 

un

parmi les uns

 

souriant

salant

désirant

 

partageant

les hasards

les

 

projets

 

les souvenirs

les avirs

 

au-delà de ma vie-même

 

partie prenanre....

 

 

 

 

 



04/05/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres