D'ici Dance

PATRICE DELBOURG ET LE RETOUR DE L'ODYSSEE CENDRARS

Je n'apprécie pas du tout les attaques continuelles de PATRICE DELBOURG à l'égard d'ANDRE BRETON.

Où en serions-nous, idéologiquement, sans la conscience Surréaliste (remise à jour, au niveau mystique, par Le Grand Jeu, au niveau politique par les Situationnistes) ?

 

Je n'apprécie pas du tout les fleurs que PATRICE DELBOURG jette sur le cadavre de CELINE qui n'en finit pas de se décomposer au coeur de notre Modernité jusqu'à générer le retour d'une peste que l'on a crue, à tort, éradiquée.

 

 

 

Et puis..... je suis bouleversé, enthousiasmé, par ce livre : "L'Odyssée CENDRARS" qui propage généreusement le mythe de l'un de mes Poètes préférés.

 

Dès lors que j'ai entendu résonner, au début des années 60 à la radio, "LaPâques à New-York" (écrite en 1912) et "La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France" (1913) , ma vie a subi une irréversible métamorphose.

Je dois ce choc à l'émission de JEAN-PIERRE ROSNAY , Maître du Club des Poètes qui a ,d'ailleurs, nommé BLAISE l'un de ses fils, en souvenir de CENDRARS

Qu'il en soit remercié, une fois encore !

 

En écoutant les vers libres, impeccablement scandés de CENDRARS, j'ai compris qu'un nouveau monde allait nous ouvrir ses horizons et qu'il fallait, sans pour autant tomber dans tous ses travers, marcher à sa rencontre.

 

"Quand on aime, il faut partir."

Je suis parti, mes pas dans les pas de CENDRARS, comme dans ceux de KEROUAC, ce "Dharma bum"et j'ai rêvé d'horizons.

 

Au cours de mes voyages, je n'ai goûté ni au corps tant désiré des Suédoises ni aux subtilités de la Spiritualité hindoue, mais j'ai connu, sac à dos, demouvementées aventures qui ont constitué une éblouissante introduction à ma vie d'adulte.

 

Hitchacking, of course, CENDRARS dans la poche de ma parka, c'est moi-même que j'ai retrouvé, un certain soir, dans le cimetière d'Aberdeen dans les yeux d'une jeune "Mod".

La vie que j'ai menée m'a très certainement empêché de me suicider !

 

 

 

Maintenant, beaucoup plus tard, j'erre dans les livres et je me coule dans des rythmes. J'aime ceux que me propose PATRICE DELBOURG qui n'est ni un "critique" ni un journaliste, mais un vrai Poète qui nous embarque dans sa phrase aussi bien que dans sa vie !

 

Je me sens en phase !

 

En phase avec ses émerveillements.

 

En phase avec ses images.

 

En phase avec ses formules bien frappées, définitives.

 

En phase avec ses colères contre les militants à oeillères et ce petit milieu littéraire si obtus, si frileux, si esthète qui m'a souvent donné des preuves de son absence de coeur, de générosité et de son incroyable conservatisme.

 

Et pourtant, lorsque l'on aborde l'oeuvre de CENDRARS, il est assez étonnant que l'on n'évoque pas ce grand mouvement, aujourd'hui oublié, qui se nommait "Futurisme".

"Le manifeste de fondation du futurisme", rédigé par MARINETTI, date de 1908 et précède donc de quelques années "La prose du Transsibérien".

 

EXTRAIT :

 

"Nous déclarons que la splendeur du monde s'est enrichie d'une beauté nouvelle : la beauté de la vitesse. Une automobile de course avec son coffre orné de gros tuyaux tels des serpents à l'haleine explosive..... une automobilerugissante, qui a l'air de courir sur de la mitraille est plus belle que LA VICTOIRE DE SAMOTHRACE."

 

Mais le Futurisme fait une apologie de la guerre et de l'agressivité, ce qui l'entraînera dans des chemins boueux que CENDRARS, épris des nouvelles technologies, lui aussi, mais épris des libres pistes des déserts idéologiques, saura éviter.

 

 

Il me semble inutile, comme le fait PATRICE DELBOURG, d'opposer CENDRARS aux Surréalistes. Sans doute ont-ils eu des divergences personnelles, sans doute n'ont-ils pas eu la même (in)conscience politique, mais tous sont emportés par le grand vent du progrès scientifique et technique.

Les Surréaliistes sont requis par les "Sciences humaines".

Marx et Freud, surtout, en leurs commencements, les font palpiter.

Mais comment ne pas reconnaître dans le nom de certaines pratiques comme l'écriture AUTOMATIQUE ou la recherche du Hasard OBJECTIF le champ lexical de la Science ?

Des "CHAMPS MAGNETIQUES" aux "VASES COMMUNICANTS", la métaphore se poursuit infiniment !

 

Il faudra attendre la seconde guerre mondiale, son génocide "scientifique" et ses bombes nucléaire pour qu'Ecrivains et Artistes en reviennent !

 

Depuis ils n'en finissent plus de bêcher le terreau de la géographie, de la géologie ou d'une métaphysique aussi imaginaire qu'orientale.

Quand elle ne trouve pas source dans HEIDEGGER !

 

C'est souvent beau, ciselé, magnifique !

On pourrait mettre sous cadre !

Mais ça lasse....

Oui, ça lasse terriblement !

 

Et pendant ce temps-là, nos machines célibataires, que l'on n'a pas brisées, attendent du chant !

 

Le premier chant visible, c'est ce livre de DELBOURG !

 

Si je retrouve dans une malle "ALPHA", texte inspiré par mon amour de la Science-Fiction qui met en Poème l'Aventure d'un Cyborg, je vous montrerai ça !

Même si ça date maintenent d'une trentaine d'années et si ça a été mis en voix vers 2000 par PHILIPPE TANCELIN, Poète et professeur à Paris VIII, ça peut encore s'entendre, de mieux en mieux, même !

 

 

 

Epris des technologies nouvelles (mais non des automobiles que je hais!) mais aussi d'Art conceptuel, je mets peu à peu en place divers projets dans lesquels l'influence de CENDRARS (mais aussi de DUCHAMP !) est évidente.

 

 

Voilà bien des dérives autour d'un très beau livre !

Ces dérives constituent ma lecture-même, dans une perspective relativiste ou quantique !

Cela fait bien rire un jeune homme. C'est le seul Surréaliste que CENDRARS apprécie ! Il aime ses "yeux d'huitres".

 

Ce jeune homme,qui s'appelle ROBERT DESNOS, voudrait que l'on délaisse un instant toutes ces questions techniques pour se préoccuper un peu de l'Humain.

 

Du Politique.

 

Est-ce vraiment prudent, ROBERT ?

 

 

 

Dominique  Gabriel      NOURRY

 

 

 

 

 

 

PATRICE  DELBOURG

 

"L'odyssée  CENDRARS"

 

Ecriture

 

 

 

 

 

BLAISE   CENDRARS

 

"Du monde entier"

 

 

Poésie/Gallimard

 

 

 

 

 

JEAN-PIERRE DE VILLERS

 

 

"Debout sur la cime du monde"

 

Manifestes Futuristes

 

1909-1924

 

 

 

Editions   Dilecta

 

 

 

 

P.S. : Comédien ,spécialisé dans la lecture de textes poétiques, je lis ou dis les grands textes de CENDRARS depuis trente cinq ans !

 

Je serai ravi de vous rencontrer pour vous faire partager ma Passion !



29/11/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres