D'ici Dance

AUTOMNE SURROMANTIQUE

Bien sûr

le

ciel

était

 

bas

 

mais

je

regardais

 

l'affiche

d'un

 

cinéma

 

bien sûr

les

feuilles

 

tombaient

 

mortes

 

mais

elles

ne

 

m'évoquaient

 

que

le

souvenir

d'une

fastueuse

 

rousse

 

au

corps

de

 

braise

 

 

 

bien sûr

les

fleurs

se

fanaient

 

mais

pas

les

visages

des

jeunes

filles

que

les

 

Artistes

 

avaient

immoralisés

 

depuis

des

 

siècles

 

 

 

bien sûr

les

 

nuages

 

comme

nos

 

illusions

 

fuyaient

 

 

mais

non

 

l'absolue

certitude

en nous

fichée

 

secrètement

 

dont

elles

n'avaient

été

 

que

le

nécessaire

et

 

dérisoire

 

dérivatif

 

bien sûr

la

lumière

 

extérieure

 

s'affaiblissait

 

mais

notre

intime

 

clairvoyance

 

s'illuminait

 

parfois

même

 

irradiait

 

 

bien sûr

le

 

soleil

 

se

 

refroidissait

 

mais

jamais

autant

 

qu'en

ces

temps

 

d'apocalypse

 

les

lèvres

d'une

 

passante

 

toute

en

 

sourire

 

n'avaient

éveiller

tant

 

d'ardeur

 

en

nos

 

coeurs

 

et

jamais

le

chant

 

susceptible

de

 

séduire

 

et

celle

à

qui

son

lamento

s'adresse

 

et

toutes

les

 

autres

 

et

même

celles

qui

sont

en

train

 

de

 

naître

 

jamais

le

chant

 

au

coeur

des

anecdotiques

 

désastres

 

n'est

aussi

 

susceptible

 

de

susciter

 

de

nouveaux

 

Astres !!!

 

 

 

 

 

 



06/11/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres