D'ici Dance

BLEU

Bleu

 

 

Je suis née au bord de «  la grande bleue ».

Petite, mon frère me chantonnait « Méditerranée »

Mais chez moi, personne n’avait les yeux bleus.

Comme cela est étrange, pourquoi dans les pays aux cieux azur,

à la mer si bleue, rares sont les yeux qui riment avec les lieux ?

Mon fils a un magnifique regard gris bleu vert

Avec lui, j’ai bien trop de bleus à l’âme.

Il a dit-on hérité des yeux de sa grand-mère Hermine

Qui a péri avec tous les siens dans les flots rouges

Du beau Danube bleu

Poussés par des uniformes vert-de-gris.

Longtemps, j’ai poussé aux pieds de la ligne bleue des Vosges.

Et du grès rose.

Ma mère était douce et triste

Tandis que mon père était souvent bleu de colère.

Maladroite, je me cognais à la vie et n’arrêtais pas de me faire des bleus .

Chez moi, on ne mangeait pas le bifteck bleu.

Il fallait beaucoup de sel et de temps pour sécher les larmes

Bleuâtres où trempait la viande sanguinolente.

J’ai beaucoup aimé le film d’Eric Rohmer intitulé «L’heure bleue »

L’héroïne, cette jeune fille un peu « fleur bleue »,

est en attente de ce moment magique avant le lever du soleil.

Avec mon amie d’enfance, nous cueillions

Des après-midi entières des bleuets dans les champs.

Sa précense était toujours un coin de ciel bleu

Elle avait les yeux bleu-vert , lavande ou pervenche, je ne saurai dire

A l’époque, c’était tout mon horizon.

Plus tard, j’ai aimé aussi des hommes pour leurs yeux bleus.

L’un venait d’Outre Mer.

Iris de mer d’Iroise ou chêne de Brocéliande avec des lueurs d’écureuil

Je n’ai jamais voulu approfondir toutes les nuances des bleus et des hommes.

Je voulais seulement me noyer dans leurs regards célestes

Et jouer avec les vagues bleus coquines

Sur lesquelles, je glissais inlassablement…

 

Eva Hadas-Lebel

 

 

 

 

 

 

 



07/08/2011
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres