D'ici Dance

CE FLOT DE PAROLES LA NUIT

Comme si l' eau

comme

à

Saint-Lunaire

en

 

67

 

comme

si

l'

 

eau

se

 

refermait

 

définitivement

 

l'

eau

l'

 

ombre

 

et

que

la

 

main

 

se

tendait

 

une

fois

 

encore

 

pour

cueillir

ce

 

fruit

 

caresser

ce

 

sein

 

cette

main

si

 

insatiable

 

qu'

elle

pourrait

 

 

déchirer

 

la

grille

 

si

communément

 

admise

 

je

ne

dissocie

pas

 

les extases les ex

tases

 

et

je

ne

plaide

pas

 

non coupable

 

il

est

 

évident

 

que

je

ne

 

suis

 

coupable

 

de

 

rien !!!

 

 

dans

la

 

renaissance

 

je

m'

 

en

prenais

 

au sombre Maître des basses besognes

 

 

qui

m'

 

avait

 

plongé

 

dans

le

 

par

 

aître

 

 

et

je

dis

 

proclame proclame clame

Femme

 

que

je

veux

encore

 

enfouir

 

mon

vi

sage

 

dans ta chevelure chèvrefeuilles qui ondule dans la mienne

 

que

nous fassions

cet

Amour

de

 

houle

 

qui

ne

craint

pas

les

rocs

 

austères

 

ice

bergs

de

 

bénitiers

 

parfois

 

rebaptisés

 

urnes

progressistes

 

autant

que

 

mortuaires !!!

 

 

et

moi

j'

appartiens

au

 

vent

 

moi

la

 

feuille

 

qui

s'

 

imprime

 

et

peu

m'

 

importe !!!

 

suis-je

de

 

moi-même

 

ô

douce

 

Paranoïaque

 

 

je

ne

saurais

 

dormir

 

sans

avoir

je

 

ce flot de paroles la nuit

 

contre

ces

 

digues

de

 

dingues !!!

 

 

tu

me

 

tintes

 

tu

me

 

tintes !!!

 

 

je

suis

 

sonné !!!

 

 

 

 

à

peine

fi

nie

 

la chasse aux sorcières

que

commence

le

meurtre

 

des

sources

 

 

le Mal

se

soucie

peu

 

du

cerveau

gauche

ou

 

droit

 

qui

le

 

porte

 

" ô Nature toi qui fit ces hommes saintement "

 

 

arrêtez

de

greffer

 

sur

vos

 

fragiles

 

sensibilités

 

ces

absurdes

pro

thèses

 

si

per

verses !!!

 

 

 

 

personne

pour

 

répondre

 

et

je

m'

 

identifie

 

à

mon

clavier

 

 

ce

sont

les

 

doigts

 

d'

une

lointaine

 

Inconnue

 

qui

parcourent

mon

 

corps

 

 

ô caresses en suspension

parenthèses

des

 

lèvres

 

toutes

 

et

 

ces

étreintes

 

majus

cu

les

 

je

me

 

perds

 

m'

égare

 

 

les

deux

écrans

 

de

mes

 

yeux

 

perdent

leur

 

repère

 

et

l'

 

Etoile

 

depuis

le

fond

du

 

Temps

 

de

l'

 

Espace

 

 

sur

mon

 

front

 

ma

bouche

 

et

mon

 

torse

 

et

mes mains

et

 

mon

sexes

 

trace

un

 

message

 

de

moi-même

 

in

connu

 

 

que

je

 

dois

 

transmettre

 

 

moi

le

 

Cupide Homme

 

 

tout

en

 

Désir

 

en

 

Devenir

 

Objet

li

cieusement

 

 

sous

les

doigts

 

 

qui

me

 

scuptent....

 

 

ceci c' est de l' Ecriture Automatique

Ecriture Automatique

 

 

Automatique

 

elle-seule

s'

 

 

adresse !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dominique    Gabriel         NOURRY

 

 

 

 

 

N.B. : ce Poème est une Auberge Espagnole , le menu est écrit en Japonais , et la guitare réaccode mes anciennes années .... 



29/02/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres