D'ici Dance

LA ROSE ET LES ETOILES - retour au Quantique....

Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

 

ARTHUR RIMBAUD    :    MA BOHEME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Très certainement

dans

la Vie

 

pas de parkings

 

ta

bonne

foi

 

toujours

est

 

surprise !!!

 

 

il faut

répondre

de

l'

 

instant

de

l' instance

 

alors

qu'

on

n'

 

a

 

pas compris

la

 

question !!!

 

 

je

me

lis

 

sur le petit écran

de

la

 

caméra

 

du

cinéaste

 

je

me

vois

 

comme

un

 

objet

 

c'

est

à

 

dire

 

comme

un

 

comédien !!!

 

 

ce

n'

est

 

somme toute

 

que

la

 

réalisation

 

de

ce

 

Désir

 

de

faire

 

connaître

 

que

je

ne

m'

 

appartiens pas

 

je

prends

acte

du

 

décor

 

et

je

me

 

nomme

 

" contraste "

 

sans

plus

 

 

mais

verticalement

 

dans

une

 

Parole

 

que

je

 

relève

 

à

la

suite

 

de

tant

d'

 

autres

 

pierre dressée

 

dans

l'

alignement

 

des

générations

 

mais

assez

 

lucide

 

pour savoir

 

que

l'

 

eau primordiale

 

aura

raison

de

 

tout !!!

 

 

vois

je

viens

 

vers le Sexe de la Femme

 

sans

document

 

légal

 

sans

ces

discours

d'

angoisse

 

que

la

mort

 

seule

 

devrait susciter

 

- peut-être ... -

 

 

je

viens

vers

le

 

Sexe de la Femme

 

comme

vers

la

 

crypte

 

d' un

 

Temple

 

 

et

je

ne

sais

rien

de

plus

 

pur

 

de

plus

 

Sacré

 

 

la Fleur seule donne sur l' Eternité

 

 

tout

le

reste

n'

est

qu'

 

égarements

en

tous

 

genres

 

inutiles

encombrements du Temps

 

dans

le

commun

 

sursis

 

 

les lèvres frissonnent dans le Plaisir ou le Poème

 

Plaisir-Poème

Poème-Plaisir

 

 

mais

cela

se

 

conqiert

 

lentement

 

sans

rien

 

éluder

 

de

la

 

peur

 

de

l'

 

envie

 

du

ressentiment

 

 

ces fissures de ténèbres qui nous rongent le ventre

 

 

viens

je ne t' emmènerai

pas

 

dans les expos d' Art contemporain

qui

radotent

 

des

truismes

depuis

un

 

siècle

 

ni

dans

le

parfum

des

forêts

de

 

prinntemps

 

que

la

pluie

 

avive

 

si

bien

 

pourtant

 

 

non

je

te

conduirai

 

vers

le

grand

 

télescope

 

qui

ouvre

l'

 

infini

de

l'

 

espace

 

et

du

 

Temps !!!

 

 

nous

nous

 

baignerons nus

dans

des

 

milliers

de

 

voies lactées

 

nous

remonterons

sans

 

vertige

 

vers

l'

 

origine du Monde

 

dont

la

tienne

est

le

 

délicieux

 

in

di

ce

 

 

nous mettrons à l' index les borborygmes humains

plus

 

inaudibles

 

que

l'

incompréhensible

 

big bang

 

 

je te raconterai

 

les

trous

 

noirs

 

dévoreurs

de

 

galaxies

 

et

les

naines blanches

 

qui

se

 

recroquevillent

 

 

nous

nous

 

lierons

 

aux cordes

qui

 

transpercent

l'

 

univers

 

et

lorsque

tu

auras

 

repris

 

Conscience

 

poussière

d'

 

étoiles

 

de

la

même

 

invisible clarté

que

 

moi

 

tramée

 

 

 

J E    T  '   A  I M  E  R  A  I   !   !   !

 

 

 

 

 

Dominique    Gabriel        NOURRY 



12/06/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres