D'ici Dance

Lettre à Bernard CLEMENT à propos de son VOYAGE EN INDE

Paris - Montmartre , le 10 octobre 2012

 

 

 

Cher Ami ,

 

alors que je revenais de la plage du Môle , je t' ai rencontré devant la Librairie que j' affectionne , vêtu comme un soldat de la Révolution Française .

Tu étais souriant , d' un abord aimable , et tu proposais deux livres .

Le premier , " La demoiselle de Saint-Malo " m' a retenu dans un second temps -et j' en ai donné ma lecture sur le blog " D'ici Dance " , mais le premier objet de ma convoitise a été le " Voyage en Inde " qui se présente sous forme de journal .

 

De tous les voyages , le premier que j' ai rêvé de faire , lorsque j' étais emprisonné derrière les barreaux du Lycée CHATEAUBRIAND ( aujourd' hui Emile ZOLA ) fut celui qui m' entraînerait vers l' Inde fascinante , chamarrée , mystique .

 

Nous avons puisé , je l' ai constaté en cours de lecture , aux mêmes sources : le Pélérinage de LANZA DEL VASTO , harmonisant , si mes souvenirs datant d' un demi-siècle sont bons , Christianisme et  Hindouisme .

 

Nous avons reçu tous deux les enseignements et les sacrements Catholiques . Ton livre s' ouvre sur une belle préface du Frère LIN , moine de Saint-Benoit .

Moi-même , après m' être montré très fervent dans mon adolescence , je me suis éloigné d' une Religion que je jugeais trop culpabilisante -surtout en Bretagne ! - et je n' ai pas fait baptiser mes deux enfants Gaël et Virginie juste après leur naissance !

Pour autant , je n' ai jamais tenu de violentes diatribes contre l' enseignement de Jésus qui me semble en grande partie constituer un idéal progressiste que nous sommes loin d' avoir atteint et qui s'est trouvé , à de multiples reprises au cours de l' Histoire , dangereusement perverti .

 

 

Ayant lu également " Les grands Initiés " d' Edouard SHURE , je suis convaincu que tous les Initiés de toutes les Civilisations disent la même chose mais que l' exiguité mentale de certains et la volonté de dominer de quelques autres accomodent à une sauce parfois pimentée d' ingrédients diaboliques .

 

 

L' Inde , dans notre Imaginaire , semblait restée pure . On y trouvait encore des Sages , des Saints que le Monde Matérialiste dominant n' avait encore pu polluer , détourner .

Cette perception d' un Monde Lointain , Magique , bouleversant fut encore exacerbée par le mouvement Hyppie , très attaché à la non-violence , qui se reconnaissait dans le respect de la Vie si manifeste en Inde et s' enivrait de couleurs , de rythmes et de rites propices à l' extase !

 

Les Beatles avaient leur Gourou , nous écoutions Ravi SHANKAR , et nous rêvions de partir à Bénares pour rencontrer des Maîtres susceptibles de nous désensibiliser des opiums Occidentaux et de nous guider vers cette Libération dont 68 rêvait .

 

Nous fumes nombreux , alors , à endosser sur nos tuniques Indiennes de lourds sacs à dos pour conquérir l' Extrême Orient .

 

Pas question d prendre l' avion : nous étions sans le sou . Nous pratiquions avec un certain bonheur l' auto-stop et parfois empruntions un train lent , cahotant !

 

Mon Ami Philippe et moi , lancés dans l' Aventure , nous sommes trouvés , après avoir visité la Turquie _-poursuivis par des hordes de gamins que nos barbes exhaltaient , nous nous sommes trouvés divergents : il y avait de plus en plus d' hommes armés , peu avenants sur les routes et nous dormios souvent à la Belle Etoile .

 

J' ai pris la décision de faire demi-tour et Philippe , grommelant , m' a suivi !

 

Je ne puis donc chanter que la louange d' Istambul qui m' a émerveillée !

 

 

Pourtant , l' Inde délaissée n" a cessé de me hanter .

J' ai participé à toutes les Fêtes de Ganesh avec un indicible plaisir qui confine à l' îvresse et j' ai accompli les rituels dans le Temple de Paris .

 

J' ai lu , avec ferveur , quelques livres de Catherine CLEMENT , Amoureuse de l' Inde et conversé , toute une soirée enchantée avec une jeune , belle et sage Indienne au Club des Poètes .

 

 

Alors , le Voyage d' un Ami de la Côte d' Emeraude ( toi versant DINARD , moi versant SAINT-MALO ) , ne pouvait que susciter ma curiosité .

 

 

La quatrième de couverture m' a permis de constater que nous avons tous deux tenté de survivre en milieu pédagogique , ce qui peut entraîner aversion ou estime !

 

 

Dans un premier temps , le Voyage en Inde me déconcerte un peu :

 

le texte se présente comme un jounal qui s' adresse , dans un premier temps , à des Amis mais rêve d' être , en dernier instance publié sous forme de livre .

 

Le style me semble d' abord relaché .

 

" Dharamsala : super génial "

 

Certaines proccupations , somme toutes matérielles , semblent recueillies avec une scupuleuse vigilance qui relève plus de soucis économiques que de Spiritualité .

 

Tous les menus détais de la vie quotidienne sont notés .

 

Si l' on s' arrête aux premières pages , on a limpression d' avoir parcouru les notes personnelles d' un Auteur et qu ' elles ne peuvent intéresser que lui .

 

Dieu gît-il dans les détails ? "

 

 

 

Mais , coup de Théâtre , coup du Sort ou du             Sortilège ! , une Israëlienne , convertie au Bouddhisme , le samedi 30 octobre à 21h 30 entre dans la chambre du Diariste et

- les pages précédentes rétrospectivement se perçoivent plus symboliquement .

Toute la suite du Livre prend son essor : questions , recherche , dialogues .

 

 

Mais tout n'est pas simple : la recherche suppose dialogue avec les Indigènes , plus ou mois initiés , mais ceux-ci , visiblement , perçoivent surtout l' Homme Occidental comme une source d' enrichissement matériel . La communication n' a pas réellement lieu .

 

L' enfant aussi bien que le Sage ne semblent requis que par la convoitise .

 

Pourtant , Bernard , déçu par des Rituels trop mis en scène à l' usage des Occidentaux , tu tentes , au moins , d' échanger des idées avec d' autres Occidentaux , sympathiques mais peu susceptibles de te conduire vers l' Illumination .

 

L' Inde est comme la Jeune Fille désirée : poliment , elle se refuse à tes avances .

 

 

Pourtant , mieux que les autres Occidentaux , tu sais dépasser les communs préjugés .

Tu constates l' omniprésente saleté qui représente pour un Européen standard le comble de l' horreur . Tu sais que l' Esentiel , pour le Sage , se situe dans l' hygiène de l' Ame qui ne doit rien à l' ordre apparent ni aux détergents .

 

Renvoyé continuellement dans le Spectacle , tu ne sais plus très bien ce que tu es venu faire là , ce que tu cherches .

 

A quoi bon ce Voyage ?

 

Tu penses à d' autres Pélérinages : Lourdes , Compostelle .

Au terme bondieuseries plus qu' extase mystique !

 

 

Mais l' essentiel n' est pas là : l' Essentiel est de marcher vers .

L' intention , la démarche ...

 

Marcher vers , c'est acccomplis un Chemin Spirituel . Les lieux atteints sont des lieux spirituels invisibles sur les cartes ou les guides !

 

 

L' exergue du Livre -qui émane d' un maître Indien , en illustre le propos :

 

" Quand vous aurez cherché Dieu partout sans le trouver , revenez alors le chercher dans votre propre coeur  , c' est là qu' il se révèlera à vous . "

 

 

Puisque tu fais souvent référence à Tintin , quide de nos voyages les plus rêvés , je ferai pour ma part allusion au "Trésor de Rakham le Rouge " qui nous rend à nos Pirates familiers : Tintin et Haddock vont au bout du monde pour trouver le Trésor qui se trouve dans le Château de Moulinsard qui appartient au Capitaine !

 

 

N'en doutons-pas : ce trésor , c'est certainement La Lettre Volée d' Edgar Poë

- et c'est ton livre aussi , Bernard , qui fait adroitement cheminer le lecteur dans la fiction , la réflexion , la sublimation .

 

A prendre et à ne pas prendre à la LETTRE !!!

 

 

Hardiement , tu cites Coelho que les Espris forts (en thèmes ) qui dominent le champ culturel Français méprisent .

 

J' aime cette audace , ce dédaim de leurs puériles conventions .

Je te vois en Guerrier de Lumière soucieux d' être fidèle à ta légende Personnelle .

 

Et ça se lit dans cette Simplicité , si nécessaire pour rencontrer le Graal qui s' inscrit sur ton visage et vibre dans ton écriture .

 

J' ignore si j' en ai la Grâce , mais sur ce chemin , loin des enfers pâvés d ' élititistes intentions , je te suis

et te remercie de tout coeur de m' avoir fait partager l' a vif de ta Vie comme un Ecrivain tout autant que comme un Ami qu' il me semble connaître depuis toujours !!!

 

Ce qui te vaut cette lettre ....

 

Et mon Désir d' éveiller les sens des lecteurs subtils qui désireront partager cette écriture décisive afin de parcourir une nouvelle étape dans le chemin de la nécessaire Reconnaissance Renaissance .

 

 

Cordialement .

 

 

Dominique    Gabriel        NOURRY

 

 

 

 



10/10/2012
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres