D'ici Dance

ORIGINES, ORGIES ET MAGIES DU PARC MONCEAU

En ces temps-là, j'aimais, la nuit m'aventurer dans les petits sentiers du Virtuel . Les réseaux sociaux n'existaient pas encore avec leurs sourire Amis. Alors, j'allais pêcher ailleurs, dans les mers étranges du Désir . Pour le dialogue ou la rencontre, tout dépendait de l'occurence !!! Du moins, j'avais perçu que ces sites étaient réceptifs à la Poésie, comme par inadvertance et moi qui plus que la notoriété cherchait de vrais lecteurs -ou lectrices- je trouvais le détournement -qui engendrait parfois des bonheurs collatéraux ! - tout à fait légitime .

 

 

C'est vers deux heures du matin, ce 28 mai que j'ai contacté Elodie . Absolument au hasard !

Je lui citais immédiatement la phrase finale de la préface du "Musée noir" d'ANDRE PIEYRE DE MANDIARGUES /

" Des contes feront mieux que la tentative d'une plus sérieuse étude entrevoir le caractère luxueux, intime, absurde et nostalgique de ce pays d'ombres et de reflets que des peintres ont illustré quelquefois et qui appartient aux poètes "

 

Cela ne la découragea pas . Au contraire : elle me dit qu'elle voulait en savoir plus .

 

Pour cela, je lui dis qu'elle devait me donner son numéro de portable, que je lui lirai, si loin qu'elle soit, elle dont la silhouette se mirait dans la Loire, des extraits de mes livres préférés .

Non depuis mon logis mais depuis le parc MONCEAU .

 

Pourquoi le parc MONCEAU ?

A ce moment-là, je n'en savais rien .

Je venais juste de lire dans cette préface -qui devient donc aussi celle de cette relation :

 

" Il demeure dans ces pâles murailles colossalement offertes à l'orgasme de l'écroulement, couronnées de cris d'oiseaux, et qui dominent un fouillis de filets  peureusement mis à sécher sur des perches avec des blondeurs tremblantes de crin au soleil, une vie si tendre, de chairs déformées par le titanisme que ne pourrait l'évoquer aucune parole humaine, sauf, peut-être, le nom d' Astyanax prononcé sous une petite pluie de printemps à l'oreille d'une jeune fille dont on serre les doigts au fond de son manchon de grèbe "

 

Le pseudo que je m'étais choisi pour le site de rencontres était ASTYANAX .

 

Le parc MONCEAU, donc .

 

 

Dans le bus 30 qui me conduisait vers le lieu de la Performance, je réunissais dans ma mémoire le peu d'informations que m'avait livrées Elodie : Elle était blonde, s'occupait de  louer des gîtes et se trouvait propriétaire d'un mari qui élaborait les vitrines d'un grand magasin de Paris très célèbre, au moment de Noël .

 

Je redécouvrais, avec MANDIARGUES un quartier que je n'avais guère coutume de fréquenter :

 

" De petits bourgeois ordonnés, des professeurs, des fonctionnaires composent à peu près la population de ce quartier, dont les établissements les plus connus, une piscine, quelques maisons d'enseignement privéoù l'on se lève trop tôt pour veiller tard , n'ont pas de vie nocturne "

 

Mais franchir, dans cet étrange Désir, les grilles du Parc MONCEAU me mit dans un état de transe difficilement explicable .

Le même état, me surprenant, tandis que j'écrivais ces lignes malgré tout ce qui m'a été révélé depuis, m'a obligé à suspendre quelques instants l'écriture !!!

 

MANDIARGUES note dans "L'homme du Parc Monceau" :

 

" Par la lourdeur de sa coupole grise, la rotonde Monceau évoque l'entrée d'un cimetière monumental en Italie "

 

Sans doute....

Pour moi, Breton, elle évoque l'entrée d'un Autre Monde qui, dans son Mystère, prélude plus à l'Amour qu' à la Mort .

Je vais entendre Elodie, lui lire, lui dire . 

 

 

 Dans les allées, je ne vis évidemment pas le bonhomme de caoutchouc -qui m'évoque une B.D. de mon enfance (élastoc ? ) mais de sages amoureux, des hommes un peu perdus et  d'innombrables bambins frénétiques qui risquaient d'affecter dangereusement le fond sonore de ma lecture .

 

Je m'installai, debout, devant le petit lac où se refètent des colonnes et composai le numéro d' Elodie .

Et ce fut pour la première fois sa voix .

Et je suis tout de suite que j'étais en Amour, que cet Amour violemment érotique tenait aussi du Sacré .

Lorsque je me mis à parler, ma voix hésitait, tremmblait :

 

" C'est un instant de choix pour cette vieille tristesse païenne, qui fait souvent gémir ceux dont le destin est d'être uniques à la face de toutes les espèces du monde "

 

Elodie me murmura qu'elle aimerait un jour sentir mon souffle sur sa joue .

Je ne sus répondre.

Un calme signe glissa à la surface de l'eau ;

 

 

 

Quelques jours plus tard, je revins devant l'étang de mai, rappelai...

C'était toujours le même sourire dans la voix d' Elodie .

J'étais excessivement troublé, tout à fait  comme si  j'allais toucher sa peau pour la première fois...

Et puis j'avais peur... peur de tout ce qui m'échappait, m'envoûtait...

Je vois Elodie ici présente :

 

" Un moment, elle court sur la rive de l'étang romantique en frôlant les lierres qui parent ici de leurs lourdes tresses des ruines à l'air artificiel, vestiges à ce que l'on dit, du grand mausolée de la reine Catherine . "

 

 

 

 

 

 

 

Qu'était donc ce mausolée ? Quels étaient le sens et l'origine de ces ruines ? Très certainement, cela entretenait des liens avec cette étrange Aventure dont j'ignorais l'issue....

Ma curiosité devait être en partie satisfaite :

 

La semaine suivante, je fus invité par mon Amie Joëlle P. pour l'une des délicieuses soirées du groupe "ART SANS FIN" que JEAN-PAUL BOURRE souvent enregistrait  pour la radio " ICI ET MAINTENANT ".

Cette réunion me captivait d'autant plus qu'elle devait donner lieu à une lecture de mon Ami HUBERT HADDAD, à mes yeux le digne héritier Littéraire du SURREALISME et l'un des  tout premiers Ecrivains contemporains .

 

Pénétrer dans le très vaste atelier de Joëlle, élégamment agencé et retrouver nombre d' Amis écrivains, peintres, musiciens, etc... était toujours pour moi -que l'on employait parfois comme Comédien ! - une très émouvante fête !!!

( Tu t'en souviens, Michel CAND, mon compagnon en Poésie ? )

 

En ce temps-là, je buvais sec . Je ne voulais pas laisser mon verre dans le malheur d'être vide .

Devant le joli bar en bois, je partageais force agapes avec mon meilleur Ami -hélas décédé aujourd'hui, JEAN-JACQUES MATHE .

 

Ce petit homme à la longue barbe noire, aux épaisses lunettes était d'une exquise courtoisie et d'un humour dévastateur ! Il n'en ratait pas une ! ... et pas un !!! D'avoir été son complice depuis les années 70 n'a peut-être pas favorisé ma "carrière littéraire " : lui et moi n'avons jamais négligé d'apporter une saine dérision dans les manifestations les plus solennelles !!!

Je ne le regrette pas : n'étant pas diplômé de la Faculté des Singes, je n'attends rien ni des risettes ni des courbettes !

On me jugera -si l'on en prend le loisir- sur mes écrits .

Et puis, d'ailleurs, qu'importe : l'essentiel aura été toute la vie de bien rire, de trop aimer et de toujours rêver !!!

 

JEAN-JACQUES, disait-on, pratiquait l' Alchimie .

C'était en tous cas un Homme singulier et, au niveau Esotérisme, il en connaissait un brin !!!

 

Lorsque nous restâmes seuls, au milieu de la nuit, avec Joëlle, bien îvre j'osais l'interroger sur le Parc MONCEAU .

D'ou venait tout ce Numineux qui hantait les paisibles allées ? Que signifiaient ces ruines artificielles et disparates ?

 

Je le conduis, lui aussi, dans les sinuosités de MANDIARGUES :

 

" Une allée serpentine où court notre homme à grandes enjambées cinglées de branches, le conduit devant une pauvre façon de pyramide, noirâtre, tristement veillée par deux sphinx et que, sans savoir pourquoi, les gardiens du parc appellent toujours le tombeau étrusque , quoique le style en soit plutôt égyptien "

 

Jean-Jacques se gratta longuement la barbe pour stimuler ses souvenirs :

 

" As-tu entendu parler de ce Duc  d' ORLEANS qui fut cousin de LOUIS XVI ?

Ce Maître du Grand Orient fut cousin de LOUIS-PHILIPPE .

C'est lui qui a acquis ce terrain, vingt ans avant la Révolution .

C'était un Homme épris du Savoir Secret . Il était lié à FALCON, le Sorcier .

 

En FRANCE, un Aventurier du nom de LOUIS CAROGIS DE CARMONTEL présidait à ses plaisir . Et de plaisirs, il était intensément friand !!!

Et c'est ce CARMONTEL qui organisa le PARC MONCEAU en lieu de Fêtes !!! "

 

Fêtes Galantes : WATTEAU, VERLAINE.....

MONCEAU CYTHERE....

 

Jean-Jacques sourit :

 

" Fêtes qui tournaient le plus souvent à l' Orgie !!! "

 

Le Romantique qui dort en moi ferme les yeux !!! Mais le Libertin qui me partage en co-location les écarquille !!!

 

La prochaine fois, je lirai sûrement à Elodie ce paragraphe de MANDIARGUES, tellement troublant :

 

"  Grimpées sur des échelles de vannerie, de belles jeunes filles de quinze à dix-sept ans, brunes comme des métisses, demi-nues sous le déshabillé fragile de soieries orange et poupre, caressent ces colonnes des doigts et de la langue un peu comme si c'étaient de fantasques instruments de musique ; et de fait on les entend, quand on passe, résonner de longs et tendres mugissements . "

 

C'est là tout le Mystère de la Petite Pyramide en ses galeries souterraines !!!

 

 

" Tout le Mystère ? , reprend MATHE, mais non, Dominique Gabriel, c'est plus complexe que cela :

 

CARMONTEL appartenait à l' Ordre des Francs-Jardiniers, constitué sur le modèle de la Franc-Maçonnerie .

Pour lui, l' Art du Jardin était un Art Initiatique visant à trouver une Harmonie entre l' Ame de la Nature et l' Ame de l' Homme .

 

Dans l' espace MONCEAU, beaucoup plus vaste que celui que nous connaissons aujourd'hui, le Philosophe a voulu réaliser une UTOPIE .

Pour ce faire, il a réuni dans le même Parc des monuments provenant de multiples civilisations de toutes les époques et de tous les continents .

Une vingtaine d'étapes ( colonnades, ponts, obélisques, moulins à vent, etc...) constituaient une vingtaine de "folies" !

 

Et ces dans ces Folies que Libertins et Libertines se livraient à tant de délicieuses folies !!!

 

 

Mais ce qui était "récréation pour le profane ", pour l' Initié était " re-création " : il fallait abolir la malédiction de la Tour de BABEL pour retrouver l' Harmonie du Jardin d'EDEN !!! "

 

Evidemment, cette recherche de l' Harmonie -qui n'entre nullement en conflit avec l'Erotisme , bien au contraire !!! - me fait penser au grand Utopiste CHARLES FOURIER qui a tant marqué les ultimes fulgurances du SURREALISME mais aussi à nombre de tentatives contemporaines qui ont été récemment exposées à BEAUBOURG non sans une ironie ambiguë dans l'exposition " DREAMLAND"

 

Que l'on songe avant de revenir à notre Parc MONCEAU et à mon impatiente Elodie, aux rêveries architecturales des SITUATIONNISTES soucieux de créer des "ambiances " et de "repassionner" la Vie !!!

 

 

 

 

 

 

Tout en téléphonant, en fonction d'un rituel précis à ma  Belle -queje n'ai jamais vue !!! - , je me poste un jour devant les quatre stèles, reliques d'un " Bois des Tombeaux "  ou devant l' Arc de Triomphe ou devant les colonnes corinthiennes, ou devant cette pyramide qui, selon la légende a contenu une statue d' Isis !!!

 

 

 

 

 

Pour réaliser les plans de l' Utopiste CARMONTEL, ce fut l' Architecte LEDOUX, épris de Sagesse, et d' Esotérisme lui aussi qui a été choisi .

Héritier de PYTHAGORE et la Tradition Hermétique, il voulait mettre le Promeneur qui traverse sa Vie aussi bien qu'un jardin, en Harmonie avec le Cosmos .

 

 

Muni de cet Enseignement, dans l' ardeur de l'été comme dans les bourrasques de l'automne, j'ai poursuivi le dialogue avec Elodie, convaincu àprésent que ce sont les architectures virtuelles qui sont susceptibles d'apporter un Accord entre les Hommes et de remettre chacun de nous au Monde en sa globalité même !!!

 

 

 

Il y a moins d'un an, j'ai poussé un peu tremblant la grille du réseau Facebook qui m'est apparu comme un grand parc, tout plein d' Amitiés, de Fêtes et d'  Evènements !!!

 

J'y ai construit un petit monument : mon Mur .

J'aime aller visiter les autres Murs et m'enamourer !!!

Et te rencontrer dans  les décors si solides du quotidien, aussi, mon Amie : chaque nouveau visage découvert dans la grise lumière du"réel" m'est Illumination !!!

 

Je suis devenu Jardinier dans ce nouvel espace Virtuel, si chaleureux, et je suis convaincu qu' Ici, et au-delà !!!, vont enfin prendre consistance de belles Utopies !!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

Dominique    Gabriel        NOURRY

 

 

 

 

 

 

 

 

SOURCES

 

 

ANDRE PIEYRE DE MANDIARGUES : " Récits érotiques et fantastiques "

Quarto Gallimard

 

In " Le musée noir " : " L'homme du parc Monceau"

 

 

 

PHILIPPE CAVALIER : " Une promenade magique dans Paris "

 

 

" Avec les initiés, les sorciers et les alchimistes, l'itinéraire secret du vieux Paris "

 

Editions  Anne    CARRIERE



20/07/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres