D'ici Dance

QUI VIVE ?

Dimanche

comme un lourd oiseau noir

se pose sur la cime

de l' hiver

aujourd' hui je ne te verrai pas

 

des pas pointillent

le désert gris des rues

sur des tréteaux de fortune

les dés n' en finissent plus

d' hésiter

dimanche

aujourd' hui je ne te verrai pas

 

vers un écran là-bas

dans la cathédrale des rêves

éphèmères

s' est tournée la grâce

de ton regard

dimanche

aujourd' hui je ne te verrai pas

 

plus sollitaire que ces navigateurs dérisoires

je traverse l' infini du jour

seul

privé d' Amour

du bout des doigts je caresse

l' air de ma chambre qui garde

le sillage de ton plaisir

dimanche

aujourd'hui je ne ta verrai pas

 

et c' est comme une invisible pluie

qui ruisselle sur les vitres du silence

sur le bord de ma mémoire

un baiser s' est posé

pour picorer le miel de tes lèvres

dimanche

aujourd' hui je ne te verrai pas

 

que j' aimerais

entre tes draps

glisser le signet de mon Désir

lorsque tu n' es pas là

je voudrais définitivement

abandonner le livre de ma Vie

et dormir

que veux-tu qu' il m' arrive

si ce n' est Toi qui m' arrives

la nuit déborde de son cours

pour inonder les heures claire de midi

dimanche

aujourd' hu je ne te verrai pas

dimanche

aujourd' hui n' existera pas

 

 

 

Dominique    Gabriel        NOURRY

 

 

 

( Ce Poème a obtenu le prix Joëlle JOUBERT-CHAUVIN 



27/01/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres