D'ici Dance

AGENDA 1994 - INNES DITS

A VINCENT JARRY

 

Vincent

pour un agenda

me demande

de très courts

Poèmes

 

hélas

moins vite

que les jours

moins vite

que les Amours

 

ils passeront

 

 

 

=====================

 

 

 

A Pénélope

la Patience

à toi

la Danse

 

pour tuer

tous tes prétendants

il me faudrait

plusieurs cordes

à mon arc

 

 

 

===================

 

 

 

Plus tard

l'été

plus tôt

le Temps

une tasse de thé

dans le gant

             du lapin blanc

l'enfance

             est tombée de mes yeux

                                      comme un loup

                                                              blanc

l'enfance est tombée

                              du  lit

                                    de l'Eternité

je sais

      la mort de mes doigts

                                      au bord

                                               d'un drap

et le givre si lourd

                  de mes cils

                   au bord

                    de l'ennui

 

 

 

====================================

 

 

 

Tu entres

et tu sors

si vite

de ma vie

femme

que les fleurs

avant de s'épanouir

fânent

 

 

 

=======================================

 

 

 

L'oiseau

s'envole de l'oiseau

la pierre

tombe de la pierre

tu plonges

tes mains blanches

dans l'eau vive

d'une source

et

tout entier

l'univers

s'éclaire .

 

 

 

=======================================

 

 

 

demeure

               le papier

où nous habitons

                   ma fille et moi

cet après-midi de juillet

 

claquent

                  les portes

                                     de la maison

                                      de poupée

le soleil n'est pas encore

                                 parti

                                 se coucher

 

demeure

           le tiède manoir

                              des mots

où rimait le soir

                ou l'espoir

 

tout dépend de votre voix

tout dépend de votre soif

tout dépend

 

 

 

========================================

 

 

 

trop d'été

m'éblouit

trop de soleil

me meurtrit

 

qui trop

a sommeil de toi

rêve

de ciel

gris

 

 

 

=====================================

 

 

 

pluriel

            le risque

             d'errer

                  dans les genêts

le serpent du ciel

                       étreint

                         les toits

                                glacés

j'allais dans le grenier

                          contempler

                           la poussière

                           brûlée

d'un regard

                                                de poupée

 

 

 

=====================================

 

 

 

j'ai ton regard

dans mon regard

comme une

écharde noire

comme une

blessure

au flanc

ton ultime

caresse

 

et l'automne va

son petit bonhomme

de chagrin

 

 

 

==============================

 

 

 

de qui parles-tu

 

 

 

de personne

 

 

 

les femmes

des poèmes

n'existent pas

 

 

 

 

 

mais comme d'autres

bien vivantes

ne seront jamais

que des pages

tournées

 

 

 

 

 

===============================

 

 

 

tu le sais

nos chemins

ne mènent

nulle part

 

mais nulle part

est notre patrie

et nous y avons construit

nos abris .

 

 

 

====================================

 

 

 

Dominique Gabriel    NOURRY

 

 

Poèmes en gros et demi gros Editeur        

         

 

 



18/02/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres