D'ici Dance

INSOLITUDE

Elle disait

redisait

 

qu' il ne cessait de l' abandonner

 

pour ces apparences

qui

le lisaient

 

ou même

pour la Poésie

elle-même

 

cette outrecuidance

ce mauvais sortilège

 

arrête arrête de caresser les mots !

 

même les chats sont jaloux

comme

des

 

loups....

 

mais

lui

savait

 

qu' il ne pouvait être aimé

qu'ainsi

 

pierre d' un gué

 

pierre minuscule et sans nom c'est ddit

 

pour

refléter

l' arc-en-ciel !!!

 

 

l' Amour ? mais tout Amour est de cela

 

les muscles s' atrophie l' argent se dévalue

 

les gesticulations sont de plus en plus fébriles

inutiles

stériles

 

tout ce qui désire être pénétré

peut l' être

 

et le texte aussi !!!

 

sur l' avenue du Virtuel

 

il fait les cent pas

 

bravant

les consignes

 

parfois il interpelle

 

en douce

en catimini....

 

mais moi je n' en sais rien

je suis un Vaurien

 

je laisse aller les lignes

où bon

leur

 

semble !!!

 

souvent

elles

adotent

 

la mutine grâce

de

gentilles

 

élégies

 

ce qu' elles sont en effet

mais

ne

 

négligent

pas

d'

autes

 

légendes

 

dont

il

faut

 

extirper

 

l' amère amande !!!

 

 

le Poème joue sur tous les tableaux

sans

tromper

 

pour autant

 

car

le

 

réel apparent

 

multiplie

les

facettes

 

de

son

 

oeil

 

invisible !!!

 

 

elle dit

que

ce n'est pas

le jeu

 

qu' il ne devrait

s'

intéresser

 

qu'

à

ses

 

yeux

 

tout

aussi

délicieux

 

que ceux d' Elsa !!!

 

 

 

et moi

je murmure

jusque sur mon mur

 

un jour j' ai cru te perdre Poème ô mon Amour

 

les Femmes dans la rue comme un masque

 

portaient toutes le même masque

 

puisque rien

de la Vie

 

n' osait plus dire

j' aime

 

et que les pinceurs de lyre

en faveur des tire-lires

se

trouvaient

 

évincés !!!

 

 

j' ai vécu la Naissance de Gérard de Nerval

je partage

son

 

Signe !!!

 

je n' ai jamais cessé d' être l' enfant

de

cette Aurélia

 

qui

d'

un

 

serment

 

me

 

lia !!!

 

 

ce que sera ma Vie

ma vraie Vie

 

lorsqu' elle commencera

sur cette

scène

 

où nagent la Sirène

 

tant m' obsédait

le

 

Rêve

 

ou le Souvenir

 

qui sait ?

 

je l' ai depuis toujours écrit !

 

je ne saurais

être

 

seul

 

les livres déferlent de mes bibliothèques

 

Verlaine murmure Artaud hurle

 

et je sais le Vent ni bon ni mauvais

 

qui les pousse !!!

 

 

 

searait-il

préférable

crois-tu

 

par bêtise ou par frousse

 

de

mettre

la

 

Poésie

 

sous une housse

 

et

de

prendre

 

les patins

 

pour

marcher

vers

son

 

Destin ?

 

l' on dira ce que l' on voudra

 

- et le meilleur on me l' a déjà dit ! -

 

j' aime

le

parfum

de

la

 

Fleur

 

je le garde précieusement

dans

mon

 

Coeur !!!

 

mais j' aime aussi

le vol

dérives

des lèvres

du

 

papillon !!!

 

 

sans insolation :

 

question Soleil

je crois qu' il

en

connaît

un

 

rayon !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

Dominique    Gabriel        NOURRY 



06/11/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres