D'ici Dance

LA LOI DU DESIR

A l'innocence seule de l' oiseau .

 

 

 

 

1 ) Le personnage

a

 

trente

ans

 

il

s'enivre

 

souvent

 

au

 

Conway's

 

dans

le

quartier

 

des

Halles

 

à

 

Paris

 

il

boit

ce

 

cocktail

 

" my god "

 

et

ne

regarde

pas

 

Jim Morrison

 

qui

tout

 

près

 

glisse

dans

la

 

nuit

 

 

 

" my god "

c'est

téquila

mescal

kalhua

 

entre

18

et

 

20 h

 

c'est

moitié

prix

 

18

au

lieu

de

 

36

francs

 

 

il

en

boit

de

 

3

à

 

5

 

 

il

observe

les

 

femmes

 

sans

leur

 

parler

 

 

 

il

ne

veut

pas

se

 

souvenir

 

de

sa

mère

morte

 

dans

des

conditions

 

 

troubles

 

dans

sa

petite

 

enfance

 

 

morte

dans

l'

 

indifférence

 

des

hommes

 

cyniques

 

et

le

mépris

des

femmes

 

honorables

 

 

 

 

c'est

peut-être

pour

 

se

souvenir

 

d'elle

 

qu'il

descend

la

 

rue

 

Saint-Denis

 

 

d'

elle

que

l'

on

a

sûrement

 

comparée

 

devant

lui

 

à

ces

courtisanes

qui

le

 

hèlent

 

le

hèle

 

tandis

qu'

 

elle

luit

dans

les

 

bres

 

de

sa

 

moi

re

 

 

il

ne

répond

pas

ne

sourit

pas

 

ne

s'arrête

pas

 

 

tout

près

du

bout

de

cette

 

course

 

tellement

 

vive

 

le

coeur

de

 

quoi

 

battant

 

depuis

le

 

fond

 

des

vitrines

des

 

êtres

 

artificiels

 

lui

 

offrent

 

leurs

seins

 

luisants

 

et

leurs

fesses

sans

 

issue

 

et

 

leur

sourire

 

vide

 

 

 

 

underground

 

shwarz

 

 

 

 

 

 

2 ) le

personnage

a

 

quarante

ans

de

 

plus

 

il

a

sauté

la

 

barre

 

d'

un

 

millénaire

 

 

il

a

lu

beaucoup

de

 

livres

 

 

peut-être

en

a

écrit

 

quelques uns

 

 

- sur

ce

point

nous

avons

peu

 

de

 

documents -

 

 

il

sait

un

certain

nombre

de

 

choses

 

sur

 

lui-même

 

sans

doute

mais

 

pas

tout

 

 

 

il

n'a

jamais

fréquenté

de

sa

 

vie

 

une

 

prostituée

 

désignée

 

comme

 

telle

 

 

ce

n'est

ni

 

mépris

ni

 

méprise

 

 

 

dans

la

lumière

de

l'

 

automne

 

il

pénètre

dans

 

cette

boutique

 

un

peu

 

claire

 

se

 

vendent

 

apparemment

 

de

menus

 

objets

 

qui

le

 

fascine

 

 

il

 

essaie

un

 

fauteuil

 

vert

 

plutôt

 

féminin

 

puis

explore

 

une

boite

 

emplie

 

de

 

badges

 

 

 

femmes

femmes

femmes

 

 

des

visages

 

seulement

 

la

plupart

du

 

temps

 

 

il

désire

porter

l'

un

de

 

ces

visages

 

sur

sa

veste

 

noire

 

 

sur

le

 

coeur

 

 

parce

qu'

il

 

aime

 

ce

 

Poème

de

 

Baudelaire

 

 

" A une passante "

 

qu'

il

lit

et

 

relit

 

vit

et

 

revit

 

 

continuellement

 

 

 

il

s'achète

sept

 

étrangères

 

de

métal

 

 

et

sur

son

 

coeur

 

déjà

 

met

 

celle

 

qui

le

 

séduit

 

le

 

plus

 

 

on

aperçoit

le

 

flou

 

de

son

 

buste

 

rouge

 

 

mais

ce

qui

retient

 

 

surtout

 

c'est

qu'

 

elle

 

pose

 

la

 

paume

de

 

sa

main

 

très

blanche

 

sur

son

 

front

 

comme

faisaient

les

Tragédiennes

 

 

au

XIXe

 

siècle

 

 

c'est

si

 

suranné

que

ça

 

capte

 

 

se

crè

te

ment

 

 

 

 

 

la

belle

 

a

grafée

 

si

près

de

sa

 

peau

 

le

personnage

 

si

nue

 

dans

les

rues

de

 

Montmartre

 

qui

semblent

 

tellement

 

artificielles

 

aussi

 

elles

 

 

 

fier

de

sa

 

captive

 

peut-être

 

bombe-t-il

 

le

torse

comme

un

 

enfant

 

 

 

 

saurais-je

dire

si

c'est

ce

soir-là

sous

la

 

lune

 

ou

le

lendemain

 

sous

la

 

neige

 

 

que

le

quitta

 

 

l'impassible

 

amante

 

 

- pour

quel

 

théâtre

de

 

boue ? -

 

 

 

 

 

 

et

lorsqu'il

s'aperçut

 

qu'

elle

n'était

 

plus

 

 

lui-même

 

se

sentit

de

 

lui-même

 

é

vi

 

 

 

 

quelque

vieux

 

désespoir

 

le

 

saisit

 

 

 

d'

elle

à

tout

jamais

 

perdue

 

 

 

 

mais

une

 

voix

 

en

lui

 

l'appela

 

 

" ne

pleure

pas

 

 

j'

existe

pour

 

toi

 

j'existe

en

des

 

dizaines

 

d'

exemplaires

 

tu

ne

me

 

perdras

 

plus

 

 

 

 

il

revient

alors

 

dans

le

 

parme

 

du

 

crépuscule

 

avec

des

rêves

d'

 

amour

 

romantique

 

 

vers

la

petite

 

boutique

 

 

et

fouilla

 

fouilla

 

 

désespérément

 

 

jusqu'

à

ce

qu'elle

 

surgisse

 

la

 

toute

 

dernière

 

l'

 

énigmatique

 

 

et

l'aimable

 

hôte

 

lui

dit

 

que

cette

 

créature

 

était

 

l'

oeuvre

 

d'un

 

artiste

 

nommé

 

 

David Law

 

 

 

et

puis

aussi

 

 

que

ce

visage

ne

 

coulerait

 

jamais

une

 

larme

 

 

n'

était

pas

 

celui

 

d'

une

 

femme

 

mais

 

d'

un

de

 

ces

 

mannequins

 

 

noyés

 

de

 

reflets

 

 

que

l'

on

aperçoit

 

 

dans

les

 

vitrines

 

 

 

 

sur

le

revers

 

elle

 

fille

de

 

verre

 

garda

les

 

yeux

 

baissés

 

 

 

mais

ainsi

 

pourtant

 

 

froide

innocente

 

impassible

 

il

la

 

prit

 

 

 

 

n'entends-tu

pas

le

vers

 

qu'elle

 

scande

 

murmure

 

 

" Ariane , ma soeur , de quel amour blessée ? "

 

 

 

 

mais

puisque

jamais

 

il

ne

devait

découvrir

son

 

âme

 

il

voulut

 

 

connaître

 

celle

de

l'

 

Artiste

 

 

qui

l'

avait

 

accueillie

 

 

David LAW

ce

fut

 

l'étrange

 

 

hors-la-loi

 

qui

dit :

 

 

ce

n'est

pas

 

ainsi

 

qu'elle

 

est

 

 

comme

tu

l'

 

as

 

mise

 

 

mais

 

alongée

 

 

si

tu

veux

 

si

tu

 

préfères

 

tu

peux

la

 

 

porter

 

 

comme

ce

la

 

comme

tu

as

 

choisi

 

 

qui porte qui ?

 

 

 

 

 

le

personnage

écoutant

la

voix

de

ce

 

David

 

si

 

élégant

 

 

se

dit

 

que

 

c'était

 

cela

 

qu'

il

 

était

 

venu

 

faire

 

somme

toute

 

 

remettre

de

bout

 

cette

 

femme

 

fière

 

à

présent

dous

la

 

terre

 

la

tête

 

haute

 

 

 

 

servante

et

 

maîtresse

 

 

du

seul

 

 

Amour !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dominique    Gabriel        NOURRY 

 

 



28/11/2011
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres