D'ici Dance

MES AMOURS D'ANTAN

 

 

Avertissement à l'usage des malveillants et des "infirmes" du coeur ou de l'esprit: le Narrateur n'est pas l'Auteur.

Toute ressemblance avec la personne dont "je" parle ne pourrait être que fortuite, illusoire, invraisemblable. 

 

 

 

 

 

 

A la mémoire d'un Anar moustachu!

 

 

 

Moi, mes amours d'antan, bien avant la naissance du Net, c'étaient des femmes virtuelles! Sur le minitel rose, il fallait bien qu'elles osent des pauses à faire rêver de Melody Nelson le Veilleur au milieu de la nuit devant son clavier attentif. C'était si doux de les entendre murmurer, depuis les berges des lacs imaginés, des mots un peu fous dont l'écho flou,  dans mes rêves les plus secrets, parfois revient. Plus vraies souvent sous leurs pseudos, à demi-mots, que sous les oripeaux qu'un injuste Réel leur infligeait. Fugitives et passantes, elle me  jetaient parfois aux pieds un mouchoir à peine crypté, comme les extravagantes Amazones d'un siècle suranné.

Plus qu'en ville, entre les lignes on se permettait d'être sensible et romantique, sensuel et même plus sans craindre le ridicule. Souvent même -faut-il l'avouer?- , de ce troublant inachevé surgissait le Plaisir, l'éblouissant Plaisir! Il n'est pas toujours nécessaire d'aller cueillir au fond d'une eau transparente une pierre si séduisante qu'on resterait là, des heures, à la contempler. Mais c'est vers l'Aube,  à l'heure où tout semble de nouveau possible, que du téléphone affleurait une voix, soudain disponible! La chambre s'irisait et la porte s'ouvrait sur des sentes inespérées....Les athéesde l'Amour s'imaginent que l'on ne débouche jamais, ces matins-là, que sur les planches d'un théâtre abandonné, au creux des marées. Qu'ils ont tort! Lorsqu'on offre son Ame et son Corps, ne serait-ce qu'un instant, aux rayons du soleil levant, la Merveille, parfois,  est au rendez-vous! Les gestes sont le reflet même de la métaphore singulière et des inflexions de la voix  dont on s'est épris. Il n'y a ni regret ni désillusion, parce que tout, décidément, était déjà là, dès les préliminaires du dialogue initial.

Parfois.

Rarement, il est vrai.

Mais pourquoi donc en voudrais-je à ces esquisses de femmes qui ont su me solliciter avant de disparaître? Peut-être caressent-elles les mêmes naïfs souvenirs que moi, celles-là qui ne sont plus du tout des jeunes filles....

Mais leur compagnon, bien réel et vigilant, comme ma compagne, qui les protège des songes et les étreint dans la nuit, ne doit pas être saisi de jalousie. Ces amours d'antan n'étaient qu'amours de jenes gens. Ils s'enchantaient d'un arc-en-ciel, d'un nuage léger, du chant lointain d'un oiseau trop insouciant, Ils dansaient dans les meilleurs étés, mais ils se sont effacés, même lorsqu'ils ont acquis toute la saveur de la Réalité, se sont effacés, les amours virtuels, comme d'une fenêtre le dessin fragile, tracé dans la buée, qu'un Artiste, nonchalamment a laissé s'évanouir.

 

 

 

Dominique Gabriel NOURRY

 

 

 

 

 

 

Lire   France HUSER: La maison du désir 



24/08/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres